Comment j’ai fait de Martina mon esclave des toile

Comment j’ai fait de Martina mon esclave des toileJe visite beaucoup de forums de discussions et de chatrooms pour avoir des relations sexuelles ou rencontrer des lesbiennes, pour rencontrer des gens qui partagent les mêmes idées que moi et en apprendre plus sur moi-même. C’est là que j’ai rencontré Martina. Elle est plus vieille que moi de 9 ans et s’ennuyait dans son mariage, et comme elle cherchait une nouvelle occupation, elle a donc voulu essayer de voir ce que cela faisait de coucher avec une femme.Nous nous sommes tout de suite aimées et nous étions toutes les deux nouvelles dans le chat (bien que j’ai été depuis plus longtemps qu’elle sur le chat) et nous avons rapidement commencé à parler de ce que nous aimions et comment nous nous y prenions avec quelqu’un d’autre. Une chose menant à une autre et j’ai rapidement eu mes doigts dans mon sexe pendant que j’essayais de la faire changer de bord.Marina ne voulait ou ne pouvait pas se masturber devant la caméra, mais elle voulait être sûre que j’ai ma part. Elle est très attirée par les tétons et était très fière de sa poitrine qu’elle vantait comme un 38D. Cela me semblait un peu plus pour ma part, car elle était particulièrement mince, mais elle avait un beau « cul de latina ». Mais, je n’ai qu’un 34 B et je déteste faire du sport.Hormis cela, elle était très soumise et voulait que je l’appelle mon « esclave ». Je pensais que cela faisait un peu trop au départ, mais cela semblait vraiment l’exciter donc j’ai fini par apprécier notre petit jeu de rôle avec le temps.Un jour, nous avons voulu nous voir en réel. Nous vivons à 200 km de l’une et de l’autre, c’était l’été et nous étions toutes les deux curieuses. Nous avons donc choisi une date, une petite ville qui se trouvait à environ la même distance de nos maisons de l’une et de l’autre. Martina était là avant moi et m’a suggéré de prendre une glace sur la place du marché. Elle m’a donné une description d’elle pour que je puisse la reconnaître. (Nous ne nous sentions pas à l’aise à l’idée d’envoyer des photos). Elle savait que c’était moi dès qu’elle m’a vu –les rousses ne courent pas les rues vous me direz.J’ai donc conduit jusqu’à notre point de rendez-vous et tout le long du trajet je pensais ? Après tout, je me suis masturbée plusieurs fois avec elle et elle en savait plus sur mon sexe que n’importe qui d’autre. Et je connaissais ses goûts avec son amie Cora ou le fait qu’elle voulait être mon esclave.Devais-je juste la traiter comme je le faisais dans la chatroom ? Ce serait faire preuve d’audace en publique, mais cela me faisait mouiller rien que d’y penser. Finalement, j’ai décidé d’attendre et voir ce qui allait arriver, mais je n’étais pas résolue à faire demi-tour.J’ai trouvé la place du marché (merci au GPS) et le vendeur de glace. Elle était déjà là et semblait particulièrement nerveuse. Elle portait un jean délavé et serré et un haut blanc qui mettait joliment son corps en valeur. Elle n’avait pas menti à propos de sa poitrine, ils étaient sympas et gros et très bien dessinés. Ses cheveux étaient longs, raides et bruns et son visage était joli dans style classique. Je portais juste une robe jaune et courte sans sous-vêtements. « Salut Martina, » dis-je et je marchais jusqu’à elle comme-ci nous nous connaissions depuis des années. « Comment vas-tu ? »« Kat ? » me demanda-t-elle et elle me regarda incrédule. Elle se mit à sourire. « Dieu merci, je pensais déjà que… »« … Que je ne me montrerais pas ? » Répondis-je. « Ou que j’étais un homme ? » Elle rit. Elle avait un beau rire et son visage était joli et je me demandais pourquoi elle faisait autant des efforts sur son corps.Je m’assis à côté d’elle. Le café avait quelques autres clients, quelques étudiantes étaient assises à une table en face de nous, et un couple semblait aussi présent. Hormis cela, c’était vide. La serveuse arriva et je commandais un gros sundae avec de la crème et un Cappuccino. Martina sirota son espresso et elle disait qu’elle avait besoin de surveiller son poids. Je ne me suis jamais soucié de mon poids, car j’aime mon corps.« Tu peux avoir de la crème de chatte avec ton café. » Je ris. « C’est garanti faibles calories. » Elle rougit. Elle semblait plus timide en vrai qu’à travers les forums. « Kat ! » réagit-elle indignée, mais elle ne dit rien d’autre.« Comment va ta vie sexuelle ? » demandais-je.« Bien » répondit-elle. « Rien de spécial. Je l’ai pratiquement fait moi-même, si je n’ai même pas le temps, donc pas vraiment mieux. Et puis je pense que… » Elle s’arrêta quand la serveuse arriva avec ma commande.Sans même faire attention à la serveuse, je continuais : « … à quand tu fisterais ma chatte quand je te ferais un cuni ? » C’était un de nos fantasmes et Martina aurait voulu disparaitre de honte quand la serveuse fit de son mieux pour agir comme-ci elle n’avait rien entendu de tout cela. Je la remerciais et commençait à manger ma glace. « Oh mon dieu, Kat » dit Martina. « Tu es folle. » Je souriais. « Ne sais-tu donc pas à quel point ces pensées cochonnes m’excitent ? »Je levais mes sourcils. « Laisse-moi deviner, » répondis-je « Aussi excitée que moi ? » Elle rit de nouveau. « Donc, dis-moi, » demandais-je « Est-ce au moins bon quand tu arrives à l’orgasme ? »Elle regarde autour de escort ankara nous et murmura : « Tu n’as pas idée… La nuit dernière, j’ai pris une douche pour me préparer pour aujourd’hui et j’ai pensé à nos discussions chaudes. Et j’ai juste pissé sur ma main et malaxé mes seins alors que je pensais que c’était toi qui me le faisais. Tu sais, comme cette fois-là. » J’acquiesçais et me souvenais de nos discussions quand nous avons remarqué que nous aimions toutes les deux les sports d’eau. Elle sirota son espresso de nouveau.« Donc qu’en est-il ? » répondis-je en pointant sa tasse. « De la crème de chatte ? »« Mmmh » gémit-elle. Sans en dire d’avantage, je prenais ma cuillère pleine de crème et l’enfonçait entre mes jambes. C’était froid et dur, je saupoudrais mes grosses lèvres pendant que je guidais la cuillère dans ma chatte. « Kat, » siffla Martina, « Elles te regardent ! » Je me tournais et vis que les adolescentes à l’autre table rigolaient et murmuraient. Je tournais la cuillère à l’intérieur de moi et la retirait, la tendant vers Martina, qui l’a pris à contrecœur dans sa bouche, mais elle commença à la sucer soigneusement. De nouveau, des rires de l’autre table.« Mon dieu, tu m’as excité, » dit-elle. Je souris de nouveau.« Y a-t-il des toilettes ici ? » demandais-je à la serveuse lorsqu’elle passa devant notre table de nouveau. «  À l’intérieur » répondit-elle en pointant l’endroit.« Qu’attendons-nous ? » demandais-je à Martina et la regardais profondément dans les yeux. Elle me fixa de nouveau, mais me suivit. Je pris discrètement la cuillère avec moi dans mon sac à main.Les toilettes étaient très petites, juste une petite pièce avec un lavabo en face. Nous étions pressées de toute manière et nous fermions la porte derrière nous. J’attrapais immédiatement Martina par les tétons. Elle murmura : « Ils ont été négligés depuis un long moment déjà » je remontais son haut jusqu’à ses seins et les pesaient d’admiration entre mes mains. Ils étaient vraiment toute sa fierté et joie, et à juste titre. Je commençais à en sucer un avec plaisir. Martina s’appuya contre le mur et me laissa la prendre, tout en déboutonnant son jean et glissant une main à l’intérieur. Je saisis son cul serré pendant que je tirais un mamelon avec mes dents.« T’ai-je autorisée à te toucher, esclave ? » demandais-je sévèrement.Martina retira ses mains et répondit docilement : « Non, mon dieu, puis-je ? »« Puis-je quoi ? » répondis-je.« Puis-je jouer avec moi-même, maîtresse ? » demanda-t-elle timidement.Je mordais sa poitrine férocement et claqua ses fesses : « Comment le disons-nous ? »« Puis-je masturber ma chatte, maîtresse ? » dit-elle moins déterminée.« Enlève ton jean, » ordonnais-je. Elle enleva doucement son jean serré et le laissa tomber au sol. Son sexe était un rêve. De jolis poils pubiens noirs poussaient tout autour de sa pulpe et en dessous ses lèvres scintillaient de mouille.Elle vit mon sourire satisfait et dit : « J’ai laissé pousser juste pour toi. Tu seras donc satisfaite de la chatte de ta servante. » J’acquiesçais et la tournait contre le mur pour mieux observer entre ses jambes. Là, je notais que la petite salope n’était pas venue sans se préparer : un joli petit plug noir était logé fermement dans ses fesses.Je le tournais et commençais à l’enfoncer dans son cul, ce qu’elle semblait apprécier apparemment. « Oh maîtresse, sais-tu depuis combien de temps j’attends cela ? » Je ne répondis pas et continuais de jouer avec le plug, puis je le retirais et le remettais à l’intérieur d’elle, encore et encore, pour que je puisse niquer son « cul de latina » avec. Elle gémit plus fort.« C’est comme ça que tu l’aimes, » murmurais-je à son oreille. « Droit dans le cul. »« Oh oui, maîtresse, » répondit-elle. « Je suis une petite pute anale qui a besoin que se faire défoncer les fesses constamment. Mon sale trou t’attend. » Je la niquais plus fort avec le plug pendant que je mettais ses cheveux noirs en arrière et pressais ses tétons contre le carrelage froid du mur. Elle hurlait et gémissait quand elle arriva à l’orgasme et resta un petit moment-là à chercher de l’air, le plug toujours en elle. Je m’assis sur le siège des toilettes et écartait les jambes. « Viens là. » Ordonnais-je. Elle savait que le moment était venu et elle s’agenouilla docilement sur le sol en face de moi. Je remontais ma jupe et elle se mit à ronronner, heureuse, à la vue de ma toison rouge.« Wow, J’ai… » Commença-t-elle à dire quand je l’interrompais brusquement lorsque je l’aspergeais de pisse droite sur son visage.Elle le prit dans sa bouche et but. C’était la chausse la plus excitante que je n’avais jamais imaginé. Je pissais sur elle et elle buvait joyeusement ma pisse, comme-ci elle n’avait jamais rien fait d’autre. Je me demandais si son esprit était aussi sale qu’elle ne le laissait penser, car elle était maintenant « dans l’ambiance » elle n’avait pas de frontières. Quand elle terminait, son haut blanc était mouillé de pisse et elle avait une trainée jaune dessus. Cela ne semblait pas la déranger. Elle lécha la dernière goutte de mon pubis et elle me regarda ensuite. « Fais-moi un fiste. » dis-je.« Dois-je vraiment le faire maîtresse ? » demanda-t-elle en regardant ses mains. Elle avait quelques bagues à ses ankara escort bayan doigts et quelques bracelets qui claquaient à ses poignets. « Explose ma chatte, esclave » répondis-je et j’exposais ma chatte de manière à ce qu’elle soit bien ouverte. Je voulais qu’elle regarde profondément dans mon trou et qu’elle soit obéissante. Elle pressa ses doigts et retira mes lèvres du trou. Ils glissèrent facilement, toujours mouillés de pisse. Elle les bougea d’avant en arrière, allant de plus en plus profondément à l’intérieur. Ses bagues écorchèrent les parois de mon vagin et elle s’arrêta seulement lorsque ses doigts et son pouce atteignirent mes grosses lèvres. Elle me regarda une fois de plus, juste pour être sûre, puis elle appuya de toutes ses forces.Je gémis profondément et fortement. Quelque chose de profond et a****l, sauvage et furieux se déchaîna en moi et on entendit un cri guttural primitif. Martina me regarda surprise, mais j’attrapais son bras et lui indiqua de s’enfoncer plus profondément et impitoyablement. Elle poussa aussi fortement qu’elle pouvait et remplit ma chatte comme rien d’autre auparavant. Je sentais que mon vagin se resserrait autour de sa main et j’essayais de la tirer encore plus loin avec ses doigts, même si elle touchait déjà mon col. Martina me regarda préoccupée et je la sentis bouger en moi, tordant, tournant, caressant mes entrailles et finalement se transformer en un poing. Elle a commencé à boxer ma boîte.J’arrivais à l’orgasme. Et j’en eus un autre ensuite. Et encore. Je pensais à comment cette sale petite soumise allait me finir, comment elle faisait tout ce que je lui disais, comment elle se révélait en m’obéissant et comment je, et seulement moi, pouvais faire cela avec elle. Et j’en eus un de nouveau. L’orgasme secoua mon corps et je remarquais à peine que Martina retirait sa main. Quand je revins à moi, elle suçait le reste de la mouille de mes lèvres et enfonçait son nez dans mes poils roux.Je respirais profondément et me levais, redressant ma robe alors qu’elle nettoyait le sol avec du papier toilette. Ses seins pendaient toujours librement en dehors de son haut et je pense qu’elle adorait les sentir aussi libres. Quand elle eut fini, elle les remit sous le haut aussi bien que possible. Le haut était à présent semi-transparent de mouille et ses tétons se voyaient clairement, ce qui rendait son look encore plus appétissant. Même si je n’avais plus besoin de la cuillère, je l’insérais rapidement dans ma chatte jusqu’à ce qu’il soit couvert d’un fin filet de mouille et nous quittions les toilettes. Je payais au bar pendant que Martina allait déjà dehors, probablement pour que son haut puisse sécher plus rapidement au soleil. Quand je la suivis, les filles qui riaient étaient toujours à leur table, il semblait que nous n’avions pas mis autant de temps que nous le pensions. Je passais leur table et les regardait significativement en laissant tomber la cuillère sur leur table.De la place du marché, nous marchions près de la rivière. Martina attrapa ma main et nous marchions main dans la main le long de la rive. Le temps était agréable, le soleil brillait et quelques piétons et cyclistes nous dépassèrent. Son haut était toujours quelque peu transparent, mais cela ne semblait pas la déranger. Elle semblait heureuse, très fière et en paix avec elle-même et le monde entier. Je me demandais si c’était à cause de moi ou parce qu’elle sortait de chez elle pour une fois et qu’elle pouvait faire quelque chose de totalement différent. Comme ci elle pouvait être ce qu’elle voulait. Car c’était comme ça que je le ressentais.Nous sommes arrivés à un endroit où la rivière décrivait une courbe et coulait un peu plus lentement. Un petit étang se trouvait là et quelques personnes se trouvaient sur des bateaux à rames. Voulant profiter de la journée, nous prîmes un bateau et progressions sur le lac. Martina me sourit alors qu’elle s’asseyait en face de moi et nous essayions avec plus ou moins de succès d’aller dans une direction. Finalement, nous abandonnions et laissions juste le bateau dériver sur l’eau. Je la pris dans mes bras et elle laissa tomber sa tête contre mon épaule. Nous nous laissions porter par le bateau jusqu’à ce que nous soyons hors de vue. Elle retira son haut et commença à jouer de nouveau avec sa poitrine.« Tu aimes mes seins, Kat ? » me demanda-t-elle.« Bien sûr » répondis-je sincèrement.« C’est très important pour moi » dit-elle solennellement. « Tu ne sais pas ce que cela représente pour moi. À l’école, ils se moquaient tous de moi parce qu’ils étaient gros. Et j’étais fière d’eux, quoi qu’ils disent. » Je restais silencieuse et posais mon bras sur elle, attrapant sa poitrine. Ils étaient doux et chauds. « J’aurais aimé que tu m’éjacules dessus » dit-elle soudainement.« Quoi, pourquoi ? » Demandais-je.« J’adore le sperme » répondit-elle. « C’est bon de le savoir en moi et sur moi, de le sentir, de le goûter. »« Je commençais à caresser sa poitrine et lui dit : « Je peux t’offrir d’autres choses que tu peux sentir et goûter. »Martina gémit de nouveau. « Mon dieu, je pourrais baiser à longueur de journée. »Je ris. « Qu’est-ce qui t’en empêche ? »Elle me regarde. « Mais tu aimes ça, n’est-ce pas ? C’est très important pour moi ankara escort de savoir que tu aimes tout ce que nous faisons. »Je ris de nouveau. «  Ne t’inquiète pas. » Répondis-je. Elle sourit et s’assit. Nous avions dérivé à l’opposé de la rive du lac et les autres bateaux étaient loin de nous, mais ils pouvaient sûrement voir qu’elle était sans son haut. Elle regarda autour d’elle et retira ensuite son pantalon, jusqu’à être toute nue, le plug toujours dans ses fesses. Au début, j’étais embarrassée, puis je pensais «  pourquoi pas ? » et retirais ma robe. Elle me regarda et sourit. « Tes aisselles ne sont pas rasées. »Je rougis. « Je n’aime pas me raser et ils sont si fins que la plupart des gens ne le remarquent même pas. » Répondis-je. « J’adore mes cheveux. »Elle m’embrassa soudainement sur les lèvres et me dit doucement ; « J’aime tes cheveux aussi, Kat. Je ne veux rien changer de toi. Tu es un modèle à mes yeux, tu sais ? » Je souris doucement. « Je les laisserais pousser davantage. J’emmerde les standards de beauté » répondit-elle.Je ris. « La façon dont je sais que nous nous pisse plutôt sur les normes de beauté. » Martina ne dit rien dit, mais dirigea le bateau vers une petite île qui se trouvait à proximité. Je l’aidais aussi autant que possible. Quand nous sommes arrivés, nous descendîmes du bateau et marchâmes nues à travers le fourré jusqu’à ce que nous étions sûrs que personne ne pouvait nous voir. Puis elle se tourna vers moi et dit: « … Regardez-moi maîtresse Tout cela vous appartient, je veux être tout à toi et personne d’autre. »Je souris. « Je pense que je te connais plus intimement que personne d’autre, » lui dis-je. « Cette partie de vous est à moi. »Elle répondit: « Oh mon dieu, personne ne me connaît comme toi. Personne ne connaît les choses que tu sais sur moi. Avec toi je peux être moi-même… »Je souris et la regardais de haut en bas. Elle était belle, sexy, avait de belles formes et était désirable. Et terriblement naturelle. J’aimais ses poils pubiens, ses seins, sa chatte, son cul. “Pisse pour moi,” lui dis-je.Sans hésitation, elle écarta les jambes et tira sur ses lèvres pour qu’elles soient ouvertes. Je me demandais s’il était possible de faire pipi avec un plug dans le cul, quand elle fit déjà tomber la pisse. Sa pisse pulvérisa partout et courut le long de ses jambes, mais elle ferma les yeux et apprécia la liberté d’être en mesure de pisser sur le sol en face de sa maîtresse. J’arrivais sur sa chatte et laissais le courant chaud courir à travers ma main, puis, je frottais mes doigts mouillés sur ses seins. « Oh maîtresse, » gémit-elle. « Mon dieu, tu sais comment faire plaisir à mes seins. »Je souris et la fis s’appuyer contre un arbre, et tandis que sa chatte était encore en train d’expulser la pisse je poussais mes doigts à l’intérieur et commençai à la doigter. Sa pisse se déversa sur mon bras pendant que je travaillais sa chatte et elle gémit fort. « Oh oui ! » cria-t-elle. « Oui maîtresse, donne-le-moi. Utilise-moi »  Je charriais deux doigts à l’intérieur d’elle et les plait de manière à pouvoir lui masser son clitoris avec mes doigts. Je sentais le plug lorsque je faisais des vas et des viens. Elle gémit plus fort. « Baise-moi plus fort » haleta-t-elle. « Baise-moi comme une pute, comme ton esclave. »Je giflais son cul fortement avec l’autre main. « Qu’es-tu donc ? » lui demandais-je.« Je suis ta petite chatte esclave, » répondit-elle.Je la frappais à nouveau. « Je ne t’entends pas, » lui dis-je.« Je suis ta sale petite esclave ! » cria-t-elle plus fort. Je la giflais une fois de plus, plus fort. Elle tremblait. « Je suis TA SALE PETITE ESCLAVE SOUMISE MARTINA ! » cria-t-elleJe n’ai aucune idée de savoir si quelqu’un nous a entendus, mais de penser à son crie dans le monde m’excita tellement que je perdis mes inhibitions et je voulais juste l’achever. Brutalement, je claquais quatre doigts à l’intérieur sa chatte comme une poche. Elle se repoussa contre le tronc, tandis que ses seins pendaient gros et lourds en dessous d’elle. Je les giflais avec une seule main, ce qui les fit encore plus se trémousser.« Oui, frappe mes mamelons » me dit-elle. « Traite-moi comme une salope agricultrice » Mon bras a devint lourd à force de la gifler et je devins de plus en plus audacieuse. Je tirai mes doigts et appuyais les deux mains serrées ensemble, laissant le pouce en dehors et ensuite poussant les huit doigts à l’intérieur d’elle. Je l’entendis haleter pour chercher de l’air, mais elle repoussa courageusement. Sa chatte se tendait et détendait et je jouais avec son clitoris entre mes pousses. Je baisais du mieux que je pouvais l’intérieur de sa chatte serrée, et elle laissa sortir des gémissements bruts et commença à baver, jusqu’à ce qu’elle secoua tout son corps et que ses genoux cédèrent. Mes mains glissaient sur elle, et un flot de mouille sortit.Je m’agenouillais à côté d’elle et la prise dans mes bras. Elle tremblait et se mit à rire de façon incontrôlable, embrassa mes mains gluantes et les étala sur son visage. Je l’embrassais passionnément, poussant ma langue à l’intérieur d’elle, la dégustant, sentant ses seins contre les miens, la tenant serrée, tremblante, heureuse, fatiguée et baisée.Lorsque nous nous sommes rhabillées et sommes remontées dans le bateau, elle prit le plug fièrement entre ses doigts alors que nous rentrions, comme-ci elle voulait montrer qu’elle était aussi sale que dépravée et même plus encore, que tout le monde pouvait voir qui elle était vraiment.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RELATED POST

Üniversiteli Kızdan Lüks Fahişeye! – 2 –

Üniversiteli Kızdan Lüks Fahişeye! - 2 - Alışverişten sonra Villaya gittim. Hemen Mehmet, Semih ve Burak’ı çağırdım, geldiler. Onlara, “Bugün…

genç aşığımın bana öğrettiği ilkler

genç aşığımın bana öğrettiği ilkler yıllarca bastırılmış cinselliğimi benden yasca küçük genç aşığım sayesinde gün yüzüne çıkardım... 50 yaşında evli…

Arkadasimin karisi

Arkadasimin karisi Merhaba.oncelikle burada yazacaklarım hayal ürünü degil gerçektir.ve arkadaşımın karısıyla olan yazışmaları ve onunla yaşadığım ilişkileri olduğu gibi aktarıp…

Karımın Sikicisi Arkadaşım Ozan

Karımın Sikicisi Arkadaşım Ozan Karımın Sikicisi Arkadaşım Ozan Ben serkan 36 yasindayim karim 34 yasinda .23 senedir almanyada yasiyoruz sekse…

kartal escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis bursa escort çanakkale escort çankırı escort çorum escort darıca escort didim escort edirne escort edremit escort elazığ escort konya escort sakarya escort sakarya escort porno izle izmir escort sakarya travesti