Unif Sissy transformation (Ep. 3)

Amateur

Unif Sissy transformation (Ep. 3)(suite)Lorsque je rentrais à la maison le lendemain, après avoir passé la nuit avec Kathy, je trouvais Alex devant une tasse de café, la perruque toujours sur sa tête, en string et chemisette, l’air un peu hagard de celui qui n’a pas beaucoup dormi pendant la nuit… je lui souris…- Bonjour Alex, ça va vieux ? Tu as passé une bonne soirée ? Hé, hé, ça a l’air que oui !- Pfff, j’ai un de ces mal de crâne, merci le whisky coca !- En tout cas, tu as fait sensation, j’ai reçu un tas de sms ce matin de potes qui ne font que vanter tes mérites, ta beauté, ta sensualité, ton sex-appeal…Il rougit, avant de répondre- Heu… c’est que… je ne me rappelle plus trop bien ce qui s’est passé hier soir…Je sentais qu’il mentait, qu’il voulait éviter la conversation, mais il ne fallait pas qu’il tombe dans le déni. Il fallait qu’il comprenne qui il était vraiment, et tout avait été prévu.- Si tu veux t’en souvenir, les réseaux sociaux montrent le tout, regarde…Il rougit encore plus quand je lui montrais les vidéos sur mon smartphone, lui occupé à sucer un type sur le canapé, pendant qu’un autre le prenait par derrière, et son string qui se tâchait de sa propre éjaculation, tellement il prenait son pied… un second film le montrait sur la piste de dance, empalé sur un gros sexe, entouré de gars à poils, et il suçait, branlait, tout en se faisant coulisser sur le membre raide enfoncé dans son cul… la dernière montrait Roberto le soulever du sol, le prendre sauvagement… je vis tout de suite qu’il bandait, rien qu’à regarder ses exploits.- Tu as cartonné Alex, ils t’ont tous adoré ! Ils me demandent tous ton numéro par sms !- Mince ! Ils ont tout posté sur le net ! Mais qu’est-ce que je vais faire ? Qu’est-ce que je vais devenir ?- Alex, Alex… D’abord, dis-moi… tu as aimé ?Il devint rouge cramoisi dans son visage, avant de bouger lentement la tête de bas en haut et de haut en bas…- Tu parles, j’ai adoré ! Tous ces types qui me regardaient, qui me désiraient ! Le pied ! En plus le sexe, c’est… divin ! Je n’ai jamais rien connu de tel ! En plus, habillée comme je l’étais hier, j’ai vu que… les hommes ne savent rien me refuser !- Exactement ! Tu te rappelles c’était quoi ta vie avant ? Solitude, abstinence, rejeté par les autres, moqué, parfois battu et harcelé. Tellement dégoutté de toi-même et des autres que tu fantasmais sur les sous-vêtements de ta sœur, et c’était ton unique vie sexuelle ! Et imagine ta vie maintenant : amis, fêtes, sexe, plaisir, des gars qui savent rien te refuser…- Oui, mais ça ne fonctionne que quand je suis habillé en fille !- C’est là où je voulais en venir… tu y as déjà pensé ?- Quoi ?!- Mais oui, vivre habillé en fille… tous les avantages que cela te donnerait. Tous tes rêves devenus réalités, mais pas seulement pour quelques heures.- Mais… et l’unif… et les autres… et mon père ? Ils vont penser quoi ?- A toi de savoir qui dirige ta vie, Alex. A toi de voir au plus profond de toi ce qui te rendra le plus heureux, le plus épanouis. A toi de voir ce que tu aimes faire, ce que tu veux devenir. Y’a que toi qui choisis cela. Moi, je dis juste que ça ne coûte rien d’essayer. A toi de voir mon vieux.Je lui posai amicalement la main sur l’épaule, puis le laissais à ses réflexions, allant dans ma chambre. Je passais le reste de l’après-midi à peaufiner mon rapport personnel sur le projet « Alex », mettant les différentes étapes, mes notes, mes rapports, son changement de personnalité. Soudain, une bonne odeur m’attira hors de ma chambre. Alex m’avait installé assiette, verre et couvert sur la petite table du salon, et il m’avait cuit ma pizza préférée. Je le vis la sortir du fou. Il était habillé juste de son ensemble string et soutien en dentelles roses, et des bas blancs, avec les jarretelles que je lui avais offertes… Il me sourit, apporta la pizza sur l’assiette, puis me servit une bière. Je m’installais dans le divan et commençais à manger. Il s’installa à côté de moi. Il était mignon avec la perruque blonde et son maquillage de mieux en mieux fait.- Bon appétit Mike ! Je voulais te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi ! C’est décidé, je veux vivre mon vrai moi !Tout en parlant, sa main se promenait sur ma cuisse. – Même si ce vrai moi est une fille… fort portée sur le sexe…Et il se baissa, ouvrit ma braguette, et sorti mon sexe à demi bandé de mon caleçon… Il commença à le lécher, tandis que je continuais à manger la pizza, sa langue tournant autour de mon gland, le long de ma hampe, se perdant entre mes testicules, puis remontant… lorsque je bandais à fonds, il enfourna mon membre raide dans sa bouche, et commença à me sucer avec gourmandise… J’étais fier de mon œuvre, ma « créature » était encore meilleure que ce que j’avais imaginé ! Et il suçait bien, tellement bien… c’était bon…L’excitation me pris, je poussais les plats, pris Alex, et l’installais ventre sur la table, son adorable fessier vers moi… Je poussais le fin tissu rose du string, dévoilant sa fente, et caressais mon membre le long de cette fente… il se tortillait, il le voulait en lui ! Je fis donc glisser mon gland le long de sa fente, jusqu’au moment où je décidais de caresser son anus avec mon gland, puis de presser… et le pénétrer… la pénétration le fit couiner de plaisir ! Je m’enfonçais doucement en lui, puis, le tenant fermement par les hanches, commença mes allers et venues en lui, pistonnant son rectum de ma verge puissante… quel pied ! Tout en allant et venant en lui, ma main chercha son sexe, qui sortait déjà du string, tout bandé et tout humide… je le masturbais rapidement, en le tenant par le haut du sexe, tout en continuant à le prendre en levrette, et il ne tarda pas à éjaculer dans ma main… J’accélérais mon rythme en lui, et posai ma main pleine de son sperme contre sa bouche… il lécha avidement ma main, sa langue s’insinuant dans l’interstice de mes doigts, sur ma paume, lapant son jus… c’était trop érotique, dans un cri rauque de plaisir, je me vidais en lui, mon membre tressautant comme un fou, tandis qu’il semblait en état orgasmique… J’attendis que mes sens se calment, puis je sortis doucement de lui, et me remis à fonds dans le canapé. Il reprenait lui aussi petit à petit ses sens, je voyais ses jolies fesses rondes, sa petites rondelles, mon jus qui en coulait doucement… A ce moment, j’aperçus dans l’autre divan le plug anal que Kathy avait apporté l’autre jour. J’allais le chercher, puis revint à ma place. Du bout du plug, je repoussais mon sperme qui coulait entre ses fesses vers son petit trou, avant d’enfoncer le plug dans son anus. J’entends ses feulements de plaisir. Je fis tourner le jouet en lui, appuyant, tournant, avant de le retirer lentement. Quasiment tout le plug était recouvert de ma semence. Je le portais à sa bouche. Il le pris sans ciller, le mettant en bouche et le suçant comme un bébé sucerait sa tétine. Après un moment je le luis repris, et le remis dans son derrière… je le tournoyais à nouveau, jouais avec lui, avant de le ressortir, et de le porter à nouveau à sa bouche… A la troisième fois, je vis son sexe encore se cabrer… je continuais à jouer avec le plug dans son cul, tout en mettant ma main pour récolter son jus.. il éjacula pile dans ma main, que je lui fit laper après, tout en continuant à jouer avec lui… J’en avais vraiment fait une belle salope soumise !Mais s’il voulait vraiment vivre comme ça, un détail me venait à l’esprit : il n’avait que des sous-vêtements et une tenue de pom pom girl… il allait avoir besoin de vêtements féminin !- Merci pour ta reconnaissance Alex. Tu es ma jolie petite pute ! Demain, on oublie les cours, et on va se faire une journée shopping toi et moi !Et ainsi le lendemain, nous partîmes faire les magasins. Il s’acheta des jupes, des chemisiers, des tops, des leggings, des chaussures, des shorts, et de nouveaux sous-vêtements… Il était comme un fou, passant d’un vêtement à l’autre, voulant tout essayer, voulant tout acheter aussi… nos réserves financières empêchèrent heureusement cela… mais quand même, après cinq heures de magasins, la voiture était pleine de paquets et nos comptes vides…Il avait gardé à ses pieds les baskets des pom pom et la jupe, et portait un chemisier ouvert sur un top blanc. On devinait sans mal son soutien noir qui dépassait un peu du top. Avec sa perruque et son maquillage, plusieurs garçons se retournèrent à son passage dans les galeries commerçantes, tellement il était mignon… enfin elle était mignonne ! De retour au parking sous-terrain du centre commercial, après l’achat de quelques bijoux de fantaisie, je m’installais au volant, et lui à côté de moi. Soudain il s’accrocha à mon bras, dans une attitude tout à fait féminine.- Merci, merci Mike, j’ai vraiment passé une chouette journée ! Et merci pour tout ça…Il me montrait l’ensemble des paquets. Puis il approcha son visage et déposa un bisou sur ma joue. Sa main caressa ma poitrine musclée. Ma virilité de mâle le faisait craquer, je le savais. Il me fit un second bisou, plus près de ma bouche. Il fallait que je prenne les choses en main, j’étais le mâle dominant… qui eut cru au début de l’année que je serais tenté de rouler un patin à « AlbatorAlex » ?!- Alex, on est dans un parking public… sous-terrain, mais public…- Justement, ça ne t’excite pas, toi ?Sa main glissa de ma poitrine à mon entre jambe…- Je savais bien que ça t’exciterais…Il sentit la bosse qui commençait à se former dans mon jeans… jeans qu’il ouvrit… libérant mon sexe puisant, qu’il commença à lécher sans retenue…- Aleeeex !Déjà il l’engouffrait dans sa bouche. Je tentais, les mains sur le volant, de garder le contrôle de moi-même, mais c’était trop bon. Une de mes mains quitta le volant de cuir pour se poser sur la tête blonde, et lui imprimer le rythme de la fellation. Un couple passa devant la voiture sans faire attention à nous, la dame examinant le ticket de caisse tandis que le mari cherchait des yeux sa voiture. La tête d’Alex allait et venait le long de ma hampe, de dehors on ne devait rien voir… ou alors juste le haut d’une balçova escort tête blonde aller et venir ? Un groupe de jeunes passa près de la voiture, ils nous virent, et continuèrent leur chemin en rigolant. Ma main devint plus lourde, j’imprimais un rythme de plus en plus rapide à la tête d’Alex… c’était trop bon ! Mon sexe se cabra dans sa bouche, avant que je n’éjacule, et il but tout mon jus avec délectation… Un garde qui fumait sa cigarette près des portes menant aux galeries nous regardait avec insistance et suspicion. Il était temps de mettre les voiles ! Je démarrais la voiture tandis qu’Alex rangeait mon membre débandé dans mon caleçon avant de se redresser fier de lui.- Quel pied ! Mais il faudra que je change de petite culotte en rentrant !**J’avais vraiment passé un bon moment avec Mike. La soirée intime, où je l’avais remercié pour tout, et où il m’avait fait passer un moment de pure extase, ainsi que la journée shopping… plus le temps avançait, plus je me sentais mieux, meilleure, joyeuse… mais aussi coquine… Était-ce le retard à ratt****r ? Etais-ce une fragilité psychologique ? Etais-je simplement une vraie pute ? Je n’en sais rien, mais le fait est que je me sentais toujours excitée ! Et le fait de me sentir désirée, regardée, dominée… ça me faisait tellement monter que je ne pouvais y résister, m’abandonnant à mes sens, à mon désire, à ma luxure… je ne pouvais dominer ces instincts…Le lendemain, j’avais quand même un peu la peur au ventre en me maquillant, en ajustant la perruque, et en m’habillant. Ma première journée entière en fille… Je choisis des chaussures noires avec un petit talon, une jupe noire qui allait jusqu’à mi-cuisse, un chemisier bleu, qui ne mettait pas en valeur le décolleté, mais qui poussait quand même – avec l’aide du soutient « push up » – ma petite poitrine vers l’avant, petite mais qui me semblait quand même passer de AA à B ! J’avais longuement hésité pour les bas, je choisis finalement des bas élastiques couleurs chair, mais chair légèrement bronzée, pour gainer mes jolies jambes. J’avais opté une tenue qui mettait mes arguments physiques en avant, mais de façon sage, sans paraître débraillée ou allumeuse. Et lorsque je fus prête, je pris le chemin de l’unif, escortée de Mike. Je sentis le regard de certains étudiants sur moi… quelle ivresse !- Tu es sûr que ça va aller Alex ?- Pas de soucis Mike, je suis grand garç… heu… une grande fille, tu sais, je vais me débrouiller !Il sourit, et parti pour suivre ses cours. Moi, je me dirigeais vers le bureau du recteur de l’université. Il me reçut assez rapidement, il avait la réputation d’être assez proche de ses étudiants… et surtout de ces étudiantes selon certains commérages. Toujours est-il que je ne l’avais pas beaucoup vu depuis que j’étais à l’unif. Assez grand, la cinquantaine passée, il avait le crâne fort dégarni, avec une couronne de cheveux gris. Ses yeux étaient d’un bleu perçant, on y voyait une grande intelligence, le reste de son visage et de son corps étant assez banal, comme n’importe quel cinquantenaire habitué à faire du travail de bureau. Il était assis à son bureau, je m’assis sur la chaise face au bureau qu’il me désigna. Je lui racontais mon histoire, qui j’étais, ma transformation, le bien-être et la confiance que ça m’apportait dans ma vie, un réel renouveau (Mike m’avait briefé sur ce que je devais dire). Mais il ne semblait pas très ouvert. Il trouvait que cela était des fantaisies, que tout le monde ne pouvait pas se déguiser comme ça… Il me demanda même mon âge, pour vérifier si j’étais majeur. Je pleurnichais, arguant que je n’étais pas « déguisée », j’étais moi ! Il s’en voulut de ces paroles, et se leva et fit le tour de son bureau pour me donner un mouchoir en papier, pour sécher mes « larmes » (j’en rajoutais un peu, comme Mike m’avait expliqué), s’excusant d’avoir utilisé le mot « déguisée », disant que j’étais d’ailleurs fort jolie, mais que ce n’était pas l’esprit de l’établissement.Il s’assit à moitié sur son bureau face à moi. Il était plus proche déjà. Je lui parlais alors des valeurs de notre université, gravé dans la pierre sur une des façades, valeurs d’ouverture, de tolérance et la résolution de l’établissement de vivre dans son temps, rejetant l’intolérance et le conservatisme forcené. Il hésitait, et tout en parlant, j’avais écarté mes jambes, il devait avoir d’où il était une vue imprenable sur mes cuisses, l’élastique de mes bas, ma culotte noire en dentelle. Je vis que son regard vira en plein dessus. C’était ma dernière carte, ma dernière chance. Où il s’offusquait et je risquais d’être virée, où les rumeurs étaient vraies à son sujet, et il craquerait. Une chance sur deux… Ce qui me faisait le plus peur, c’était de voir apparaître sur son visage un air de dégoût. Cela m’aurait vraiment brisée !Mais rien de cela, non, il passa nerveusement le bout de sa langue sur ses lèvres minces, et me parla des difficultés administratives que cela pouvait engendrer sans quitter mon entrejambe du regard… je mordillais de façon sensuelle mes lèvres, puis passais doucement un doigt qui remonta de mon menton, vint caresser le dessous de ma lèvre inférieure, avant de s’insinuer suggestivement entre elles, avant de descendre doucement vers ma poitrine… Il déglutit et je vis une légère bosse se former vers son entrejambe… gagnais-je la partie ?Il se leva, et vint se poster debout derrière moi. Il posa sa main sur mon épaule. Je sus que j’avais gagné. Il me demanda ce que lui aurait à gagner de ce changement de sexe, au vu de toutes les tracasseries administratives que cela allait demander. Son excitation était la plus forte, même en sachant que j’étais un garçon. Mon apparence féminine et mes gestes osés avaient suffis à l’exciter, et à lui faire oublier tout le reste ! Quel pouvoir ! Quel sentiment de joie m’inondait !Je tournais la tête et vit sa main veineuse posée sur mon épaule. Je pris doucement sa main, et la mena à ma bouche. J’embrassais tendrement le dos de sa main, puis le bout de son index. Ma langue sortit, et je léchais le bout de son index, ma langue tournoyant autour, avant de l’amener doucement vers ma bouche, entre mes lèvres. Le doigt pénétra dans ma bouche, je simulais une fellation sur ce doigt. Il déglutit. La bosse grossit encore dans son caleçon. Je posais ensuite sa main sur ma poitrine, en lui disant que j’allais lui montrer tous les avantages de ce changement. Je me tournais de trois quart, et frottait ma joue contre la bosse qui déformait son entrejambe, puis lentement, je défis sa ceinture, ouvrit le bouton, puis descendit sa braguette… il avait un slip bleu marine, à l’ancienne mode, fort court. Je fis glisser le slip à moitié, dégageant sa verge. Il avait de belles proportions pour un homme de son âge ! Il avait des poils pubiens, foncés et gris, abondant, et un sexe presqu’aussi gros que celui de Mike. Mais il n’avait pas la dureté, la fermeté de celui d’un jeune sportif comme Mike. Je commençais par lécher ses testicules (pas très agréable, à cause des poils, mais il fallait lui jouer le grand jeu), puis ma langue remonta le long de sa hampe, s’attarda sur le frein, entre la hampe et le gland, avant de tournoyer et de lécher son gland si sensible. Il me caressait les seins l’un puis l’autre, d’abord par-dessus le chemisier, puis il ouvrit quelques boutons, pour passer sa main dans le chemisier, passant dans le soutien, directement sur le sein… et je dois dire qu’il les caressait bien, cela m’excitais terriblement ! Je massais doucement ses bourses, tout en faisant entre son gland dans ma bouche, puis sa hampe… je commençais à le sucer, lentement, sensuellement, il en soufflait de plaisir. Mais impatient, comme tous les hommes, sa main quitta mon sein, pour venir se poser sur ma tête, et il rythma lui-même le rythme de la fellation, faisant aller et venir ma tête le long de sa verge, tout en donnant de petit coups de bassin, il me baisait littéralement la bouche ! Et comme à chaque fois, le fait d’être dominée par un mâle en rut m’excita fortement… Je pris toute sa longueur en bouche, jusqu’à avoir mon nez contre son pubis. Il maintint ma tête contre lui, sa bite au plus profond de ma bouche, quelque secondes, avant de me libérer, puis de recommencer… J’étais tellement excitée que mes mains se posèrent sur ses fesses, les poussant vers moi, pour en prendre plus, qu’il aille le plus loin possible… Plus son excitation montait, plus ma gourmandise devenait dévorante… Soudain, je sentis son sexe se cabrer dans ma bouche… il hésita sur la conduite à tenir, s’il devait se retirer ou pas, je le pris donc à nouveau par les fesses, le poussant vers moi, sa verge bien au fond de ma bouche… où il éjacula se semence, très salée et épaisse… je bus les premiers jets abondants, puis continuais de le sucer, mes lèvres bien serrées, parcourant toutes sa verges dans un sens puis dans l’autre, pour le vider jusqu’à la dernière goutte !Il râla de plaisir, se vidant entièrement en moi… j’avalais le tout, sans ciller. Mais ce traitement semblait l’exciter encore, même ainsi, il restait à moitié bandé.- Bon sang ce que tu es bonne ! Une des meilleures suceuses que j’ai jamais connue ! Mais je n’en ai pas fini avec toi ma petite ! Nettoie le bien !Sa main se referma fort su ma nuque, il amena mon visage contre son sexe trempé de ma salive, le frottant contre ma joue et mes lèvres. Je l’avais hyper excité, semble-t-il ! J’obéis, lui léchant tout le sexe, le gland, la hampe, les testicules… Il rebandait déjà un peu plus, je n’aurais jamais pensé ça pour un homme de son âge ! Me tenant toujours par la nuque, il me fit lever, et me poussa contre son bureau. Il me pelota les seins, plus vigoureusement, puis me fit m’abaisser, la poitrine et le visage contre son bureau. Il me maintint ainsi d’une main, tandis que l’autre remonta ma jupe, et caressa vigoureusement mes fesses. La seconde main lâcha ma nuque pour venir avec l’autre, chacune de ses mains massant vigoureusement mes fesses, avant de passer sur l’avant, balçova escort bayan et de tâter mon sexe par-dessus le tissus de ma culotte… mais voilà, sa domination, sa virilité, la façon dont il m’avait baisé la bouche, tout ça m’avait excitée au point que j’avais déjà éjaculé dans mon slip… Il dégage prestement sa main, mouillée de mon sperme…- Et alors ! C’est quoi ça ! Méchante fille ! On mouille déjà ?Il mit sa main contre ma bouche, je léchais le tout et nettoya sa main… qu’il remit contre mon slip, la mouillant à nouveau de ma semence… puis il descendit mon slip et fit passer sa main mouillée dans la raie de mes fesses… avant de pousser le mouillé avec son doigt vers mon anus, avant de le pénétrer… Son doigt mouillé de moi, qui pénétrait et jouait dans mon petit trou, c’était d’un tel érotisme ! Soudain, paf ! Un claque sur une de mes fesses ! Paf ! Puis sur l’autre ! Il me doigtait tout en me donnant quelques fessées… puis deux doigts me doigtèrent, avec quelques fessées, tout en me répétant « méchant fille ! ». Puis son gland se posa contre mon entrée, et la força… J’étais très excitée, et je le sentis s’enfoncer en moi… mais… il n’était plus aussi raide ayant déjà éjaculé une fois… je ne sentis pas grand-chose, sauf qu’il allait et venait en moi, soufflant, ahanant, avant de se vider, éjaculant une seconde fois son sperme épais, dans mon petit cul. Excitée comme je l’étais, je restais un peu sur ma faim… mais lui semblait content. Epuisé, en nage, il se laissa tomber sur la chaise sur laquelle j’étais assis juste avant. – C’est bon, vous pouvez me laisser. Je vais m’arranger pour que ça passe, Mlle Alex. Allez au cours maintenant. Mais tâchez de réussir ! Si vous ratez cette année, je refuserai de vous réinscrire l’année prochaine. Allez !Je me réajustais et le laissais, contente de moi ! J’allais pouvoir vivre comme je le souhaitais !Je passais une excellente journée. Les profs me présentèrent comme une nouvelle étudiante, et tout le monde fut gentil avec moi. Dire qu’avant on m’ignorait tout le temps… d’ailleurs personne ne semblait réellement remarquer l’absence du garçon que je fus… Mais en fille, les garçons surtout furent adorable, chacun voulant faire ma connaissance… Je découvrais la vie !Le lendemain, je choisis de m’habiller un peu plus court… Top assez échancré, jupe courte, bas noir et escarpin à talon moyen. Maquillage un peu plus appuyé aussi. Dès ma sortie de l’appartement, je sentis les regards sur moi. Les regards qui longeaient mes jambes, s’attardaient sur mes fesses, tentaient de loucher dans le décolleté. Bon sang, ce que cela m’excitait ! Etre vue, désirée… cela me donnait chaud partout !Je pris le bus pour aller à la bibliothèque, chercher des ouvrages dont j’avais besoin pour un travail important. A cette heure matinale le bus était assez bondé. Je m’accrochais comme je pus à une main courante. Je sentis un effleurement contre ma cuisse droite, mais n’y fis pas trop attention, vu le monde autour de moi. Mais l’effleurement revint, plus insistant, montant vers ma fesse… La main effleura encore ma fesse, sous ma jupe. Un pervers qui touchait les filles dans un bus ! Je me tournais, la main quittant précipitamment mon séant, regardant autour de moi. J’étais entourée d’hommes de tous âges, comment savoir lequel était le pervers aux mains baladeuses ? Je regardais de nouveau devant moi, comme si de rien n’étais, lorsque la main revint, plus caressante. J’aurais dû pousser un cri, changer de place. Mais je ne bougeais pas. La main continuait à caresser ma fesse, et cela me donnait des frissons tous le long du dos… mais pourquoi étais-je si vite excité ? La main mystérieuse trouva le fin tissu de mon string en dentelle, et le longea, plusieurs fois, de haut en bas et de bas en haut, encouragé par mon manque de réaction… puis l’écartant un peu, suivit le sillon de mes fesses, avant de doucement flatter mon anus. Bon sang ! Je commençais à bander, ça risquait de se voir ! Autant paniquée qu’excitée, je profitais que le bus s’arrêtait à un arrêt pour me frayer un chemin vers la sortie du bus… marcher jusqu’à la bibliothèque me calmerait sûrement !L’après-midi je revins à l’unif, où je continuais d’attirer les regards. Ce qui continuait à m’exciter. Arrivée dans ma salle de cours, je m’installe, et il ne fallut pas cinq seconde qu’un autre étudiant vienne s’asseoir à côté de moi. Je ne me rappelais plus exactement son nom, mais il était le genre de gars que je ne fréquentais pas avant. Toujours cool, en short et en chaussure de skate, t-shirt avec un slogan voyant, cheveux tressés rasta, réputation de fumeur… Skater et surfer aussi, il avait un buste bien musclé qui se laissait deviner sous ses t-shirt… il avait la réputation d’avoir du succès auprès des filles. Pendant le cours, il me parla, souriant, à l’aise, avec beaucoup d’humour, tout en ne se gênant pas de zieuter dans mon décolleté… Je riais doucement de ses vannes, pour ne pas attirer l’attention du prof qui donnait son cours à l’auditoire loin d’être passionné par son exposé monocorde et aride. Tout en conversant, le rasta posait ses mains sur mon épaule ou mon dos, sa jambe se collant souvent à la mienne. Je sentais des papillons dans mon ventre, et commençais à doucement bander ferme dans mon petit string en dentelle noire, heureusement que je ne devais pas me lever. J’osais un coup d’œil sous le bureau, vers le short du gars… et je vis cette jolie bosse que dessinais son sexe sous son short… il bandait autant que moi… Je ne contrôlais à nouveau plus mes sens, me sentant tellement excitée… J’avais envie de l’avoir en bouche, de le goûter, mais je ne pouvais le sucer en classe, ça n’aurait vraiment pas été discret… Mais je voulais quand même le sentir… alors, ma main passa innocemment sous le bureau, et se posa sur sa cuisse. Il sourit, toujours sûr de lui. Ma main caressa doucement sa cuisse, avant de glisser vers son short et surtout vers la jolie bosse qui le déformait, bosse que je caressais doucement… Il s’arrêta de parler, interloqué. Il ne s’attendait pas à ça ! Je sentais la dureté de son sexe entre mes mains… je le serrais, relâchais, caressais,… il se prit au jeu et discrètement, tira sur la lichette pour défaire le nœud qui serrait son short, puis, s’assurant que personne ne pouvait le voir, sortit sa verge du short. Ma main se posa sans attendre sur son membre dur et palpitant, je le branlais sous le bureau… il tentait de garder son calme, mais je vis ses joues devenir de plus en plus rouge, au fur et à mesure que je sentis son membre palpiter de plus en plus vite, jusqu’au moment où un jet chaud coula sur ma main. Il étouffa comme il pouvait son orgasme, mais ne put empêcher une sorte de râle de contentement… l’étudiant devant se tourna vers lui. « ça va, vieux ? » Il hocha la tête faisant un signe ‘OK’ avec ses doigts, l’autre étudiant haussa les épaules et se retourna, faisant à son voisin le signe que ce type était un peu timbré. Ma main était pleine de sa semence chaude, je la sortis de sous le bureau et la portais à ma bouche, avalant son sperme et me pourléchant les doigts. Le rasta me regarda encore plus éberlué ! Je lui fis un petit clin d’œil, et nous tentâmes de nous reconcentrer sur le cours.A la fin du cours, je m’encourus littéralement pour ne pas qu’il me demande d’explications. Je courus jusqu’aux toilettes. J’y entrais, tentant de me calmer. Face aux urinoirs, je constatais de nouveau que je m’étais trompée de côté, il fallait que je m’habitue à aller aux WC dame maintenant ! Il n’y avait qu’un étudiant face à un urinoir, il ne m’avait pas vu. J’avais le temps de repartir et d’aller à côté, côté dame. J’avais le temps sans qu’il le remarque, mais je ne bougeais pas. Mes yeux ne pouvaient se détacher de se bout de chair d’où sortait un jet transparent. Après quelque seconde, l’étudiant eut fini, et il secoua plusieurs fois sa verge pour faire tomber les dernières gouttes dans l’urinoir… cette verge qui se balançait de haut en bas, avec ses jolis testicules légèrement poilus en dessus. Je passais inconsciemment ma langue sur mes lèvres, des papillons plein le ventre. J’étais comme hypnotisée. Il dût sentir mon regard et se retourna, rougissant jusqu’aux oreilles en remarquant que mes yeux étaient braqués sur sa verge… Je le connaissais, c’était un des gars du club des informaticiens. Il n’était pas très grand, légèrement rondouillard. Derrière ses grosses lunettes, il me regardait ne sachant quoi faire. A part sa maman, je devais être la première fille à regarder son engin !Je m’approchais, lascivement. Arrivée près de lui, je m’agenouillais. Il n’osait toujours pas bouger, se demandant s’il ne rêvait pas. Ma langue se posa sur le bout de son sexe flasque, léchant son bout humide, avant de descendre le long de sa hampe, jusqu’à ses testicules. Que je léchais, l’une après l’autre. Son sexe commença à durcir. Ma langue parcourut plusieurs fois sa hampe, ses testicules, jusqu’à ce qu’il bande complètement. Il avait un sexe de taille assez normale, rien d’extraordinaire. Mais j’en avais une telle envie ! Je léchais son gland, caressant de mes mains ses testicules… et là, il perdit tout contrôle ! Il pris ma tête entre ses mains, et poussa sa bite dans ma bouche. Son gland caressa ma langue, avant de buter contre mon palais… Il commença à aller et venir, me baisant la bouche… ce que j’aimais être dominée comme ça ! Je bandais comme un fou ! Mon anus palpitait d’envie, je le voulais tant en moi ! Mais inexpérimenté et certainement puceau, il ne put se contenir, et dans un couinement, il poussa son sexe entièrement dans ma bouche et éjacula son sperme, abondant, en moi… je bus ce que je pouvais, mais il y en avait tellement que le sperme coulait de la commissure de mes lèvres sur menton. Il tenait toujours ma tête entre ses mains, je sentais ses boules palpiter dans mes mains… je jouis de boire son sperme abondant ! Il me lâcha pantelant. Puis, me souffla un « merci », avant de vite se rhabiller et de déguerpir. Je poussais le escort balçova sperme de mon menton vers ma bouche, et me relevais. Après un rapide passage au lavabo, pour me rincer, je quittais également la pièce. Et rentrais directement à l’appartement. **Alex avait fait sensation en ces premiers jours en fille à l’unif ! J’appris le jour même ses frasques, tant au cours que dans les wc du campus. Les rumeurs vont vite, surtout quand il s’agit d’une jolie fille en chaleur !Sur le chemin du retour, je me demandais si je n’avais pas exagéré… les vidéos d’hypno avaient vraiment bien fonctionnées sur lui… tellement bien qu’il était tout le temps excité, et près à tout dès qu’il sentait ou voyait une verge. Cela pouvait devenir problématique… ou pas ! J’avais vraiment envie de voir jusqu’où pouvait aller cette expérience, jusqu’où lui pouvait aller…Lorsque je rentrais à l’appart, il était déjà là, une chemise homme (à moi !) ouverte sur un soutient noir et son string en dentelle. Il me regarda entrer, content de me voir, et l’œil plein d’envie. Je savais ce qu’il voulait. Mais je devais lui montrer qui est le maître !- B’Jour Alex !- Bonjour Mike ! Ta journée s’est bien passée ?Je m’assis dans le fauteuil. Il vint s’asseoir sur mes genoux. Je lui donnais une tape sur les fesses, et lui demandais d’aller s’asseoir un peu plus loin. Il me regardait avec un air de chien battu.- J’ai appris tes frasques à l’unif, Alex. Tu dois être plus prudent. Enfin, tu ne vas quand même pas sauter sur tout ce qui bouge ! – D… Désolé Mike… mais je suis tout le temps excité, dès que je vois un mâle, je ne peux penser qu’à une chose, qu’il me prenne brutalement comme la faible femelle que je suis. C’est… c’est plus fort que moi.- Mouais… en plus avec tout le shopping qu’on a fait, on a plus un rond ! On va vite être en manque de pognon…Il rougit, baissant la tête, se sentant coupable.- Mais bon, il y a peut-être un moyen. Un moyen de se faire facilement du pognon tout en essayant de calmer un peu ta folle et débridée libido… Dis-moi tu es prête à m’aider pour gagner de l’argent ?- Oh oui !- Avec ton corps ?Il me regardait, sans encore comprendre, son visage confus.- Dis-moi, es-tu ma petite pute ?- Mais… je…- Répond à ma question !J’avais haussé le ton.- Je… je…Je frottais distraitement ma main sur la bosse que formait mon sexe dans mon jeans. Ce que ses yeux ne pouvaient quitter.- Je… oui ! Oui, je suis ta petite pute !- Et ma petite pute va m’obéir ?- Oui, oui, en tout !- Répète !- Oui, ta petite pute va t’obéir en tout !Content de lui, je tapotais mes genoux, l’invitant à venir s’y asseoir. Ce qu’il fit sans tarder. Il s’assit sur mes genoux se blottissant contre ma poitrine. Je lui caressais gentiment la tête, m’arrangeant pour que la bosse de mon jeans se fasse bien sentir contre ses fesses. Puis, le prenant fermement par la nuque, j’attirais son visage vers le miens. Nos lèvres se joignirent et ma langue envahit sa bouche, se nouant à la sienne, j’étais pénétrant et dominant, et ça le faisait bander comme un fou. De mon autre main, j’ouvris la braguette de mon jeans et défit le bouton. Je sortis mon membre à demi bandé. Alex le sentit, et frotta ses fesses contre mon sexe. Mais je ne le lui donnais pas, pas encore. Nos lèvres se décollèrent, et j’attirais sa tête vers mon sexe. Il le couvrit de baiser, et commença à le lécher, avant de le sucer. Ma main caressa ses fesses, suivant le string sur son sillon, caressant son anus, qui palpitait d’envie. Mais il n’aurait pas ce qu’il souhaitait ce soir. Je voulais qu’il soit en manque, totalement. Tandis qu’il me suçait, je me penchais vers lui.- Voilà ce qu’on va faire demain…**Le lendemain, après une matinée de cours sans histoire, je me rendis lors de la pause de midi au gymnase, comme convenu avec Mike. Il m’attendait devant la pièce où le matériel était rangé. Il sourit en me voyant. Pour l’occasion, j’avais mis des bas résille noirs, une jupe assez courte, et un top échancré, avec dessous un soutient qui mettait mes petits seins en valeur. – Tu es magnifique Alex ! Ils sont trois, ils ont payé tout en cash. Donne-en leur pour leur argent, envoie les au septième ciel ! Oh, ne fait pas ces yeux là, c’est pas pire que ce que tu as fait lors de la fête.J’entrais dans le local qui était assez sombre. J’étais à la fois fâchée que Mike me « loue », comme un maquereau, mais en même temps j’étais excitée, comme d’habitude. La porte refermée, je restais à l’entrée de la pièce quelques instants pour que mes yeux s’habituent à la semi obscurité, lorsqu’une voix m’appela sur ma gauche.- Par ici !Je me dirigeais vers l’étudiant. Il sourit en me voyant arriver.- Oui, pas mal, il avait raison. Elle vaut le coup… et le prix payé !J’entendis des rires sur ma droite et ma gauche. Une main passa sous ma jupe, et commença à me caresser les fesses, tandis que le garçon en face de moi attira mon visage vers le sien, et colle ses lèvres aux miennes. Lorsque sa langue humide frôla mes lèvres, je les entrouvrit pour lui laisser l’accès à ma bouche, et nos langues se rencontrèrent, se caressèrent, dansèrent ensemble… Ma main descendit vers son entrejambe, caressant la bosse formée sous son pantalon… Deux autres mains caressaient mes seins, par-dessus le top, tandis que les mains sous ma jupe caressaient mes fesses de façon vigoureuse. La langue quitta ma bouche et le visage s’écarta du mien- Montre-nous ce que tu sais faire !Il y avait un tapis de gymnastique déjà prêt, je m’agenouillais dessus, entourée par les trois garçons… Je caressais les entrejambes, à tour de rôle, puis sorti un premier sexe, que je commençai à lécher, à partir des boules jusqu’à la hampe, puis de la hampe au gland… les deux autres sortirent leurs engins également, je les masturbais lentement, suçant celui qui était devant moi… toutes les cinq minutes j’alternais, mes lèvres enserrant un autre sexe bandé, mes mains changeant de verges raides… je les suçais et les branlais à tour de rôle, encouragée par leur commentaires grivois…- Putain ce qu’elle est bonne !- Quelle bouche ! Quelle langue !- Elle est trop douée… c’est si bon !- J’ai jamais été sucé comme ça !- Oh moi j’avais jamais été sucé avant…- Putain, j’ai envie de la baiser…- Mike a dit qu’on pouvait pas toucher à sa chatte…Je souris, Mike avait quand même mis des limites ! Et ils ne savaient pas ce que j’étais ! Mais le bruit de ma bouche qui suçait ces garçons, leur présperme qui coulait sur ma langue, leur gémissement m’excitaient tellement !J’arrêtais de branler celui qui avait le moins gros engin des trois, et tapotais le tapis, lui faisant un clin d’œil. Curieux, il m’obéit et se coucha, dos sur le tapis, son joli pieux, mouillé de ma salive, bien raide… Abandonnant pour le moment les trois autres, je l’enjambais, poussa le tissu fin de mon string, et écartant mes fesses, plaça mon anus juste au-dessus de son gland. Puis je m’accroupis doucement… son gland buta sur mon anus… excité, il cracha de la salive sur sa main, et lubrifia encore son gland, avant de me prendre par la taille, et de pousser son bassin en avant… son gland poussa, puis pénétra dans mon anus… quel pied ! Je me fis descendre le long de cette hampe dure, le sentant s’enfoncer en moi, petit à petit, jusqu’à être en moi jusqu’à la garde, mes fesses se posant contre le ventre du garçon… je me remontais alors lentement, avant de redescendre, remonter, redescendre le long de son membre raide… Mon rectum se faisant à l’intrus, je pus accélérer la cadence, pour mon plus grand plaisir, son membre caressant ma prostate à chaque passage… Il m’aidait en me prenant par la taille et en guidant mes montées et descentes le long de sa verge plantée en moi… Mes gémissements se joignirent au sien, et un des deux autres en profita pour pénétrer ma bouche de son membre dressé, qui réclamait lui aussi de l’attention. Je le suçais comme je pouvais, en fonction des mouvements le long de l’autre pine. Soudain je sentis le sexe en moi se cabrer… battre comme un fou… puis le jus chaud se répandre en moi… j’en jouis instantanément sans ma culotte…Je me levais un peu plus, pour qu’il puisse se dégager, et l’autre pris sa place, je réajustais mon anus au-dessus de son sexe à lui, un peu plus gros et plus long, mais mon anus déjà écarté et le sperme qui le tapissait facilitèrent la pénétration, je pus m’empaler en un coup sur cette bite, jusqu’à nouveau toucher son ventre de mes fesses ! J’en jouis une seconde fois, sans même avoir rebandé… Les montées et descentes folles recommencèrent le long de ce membre qui me rendait fout, tandis que le dernier présenta à nouveau son membre à ma bouche, mais cette fois-ci en prenant l’initiative : tenant fermement ma tête, il pénétra ma bouche comme si c’était un sexe, et me donna des coups de bassin, ses testicules venant frapper contre mon menton, tandis qu’il me baisait littéralement la bouche. Heureusement que c’était celui qui avait la plus petite des trois ! Mais assez épaisse… L’autre en dessous, prenant fermement mes fesses, me faisait coulisser de plus en plus vite et fort le long de son membre, comme j’aimais être ainsi dominée… j’étais quasi en état de jouissance permanent… Soudain, celui qui tenait ma tête la pressa fortement contre lui, plantant sa courte mais grosse bite profond dans la bouche où il explosa, éjaculant un jus abondant dans ma gorge… il y en avait tellement qu’un peu éclata hors de ma bouche, sur mon nez, dans mon nez, tandis que j’en avalais le plus que je pouvais… Ses gémissements de plaisir furent rejoins par ceux du gars d’en dessous, qui se vidait lui aussi en moi. Quel plaisir ! Quel orgasme ! J’étais pantelante, sur le tapis de gym, lorsque je fus soulevée du sol. Ils me tinrent à deux, écartant mes fesses, voyant le sperme s’écouler de mon anus sur le tapis… lorsqu’ils me lâchèrent, ils me firent laper le tapis, on ne pouvait pas le laisser dans cet état-là ! Ma langue ramassa tout le sperme que j’avalais, puis ils me firent encore nettoyer leurs membres débandés à coup de langue, avant de se rhabiller et de sortir, tout content.J’étais bien, mon excitation momentanément calmée, des papillons de plaisir plein le ventre et le derrière, la tête encore un peu dans l’extase de l’orgasme… Oui, Mike avait raison, c’était tellement facile et plaisant de gagner de l’argent avec mon corps !(à suivre)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RELATED POST

Baldızımı önce tek, sonra karımla birlikte si

Baldızımı önce tek, sonra karımla birlikte si Selam arkadaşlar. Bende bu özelimi yazmak, rahatlamak istiyorum. Adım Tolga, 6 yıldır evli…

Erol Bey…

Erol Bey... Erol Bey by mofilius© image “Patron ne biçim bakıyor kız sana öyle..?" dedi Mehtap, “Gözlerini ayırmıyor valla üstünden…"…

ÖNCE KAMERA SONRA GERÇEK

ÖNCE KAMERA SONRA GERÇEK Ben 42 yasinda Almanyada 22 yasinda oglumla yasiyan 12 yillik dul Tessettürlü bir bayanim.Aslinda tesettürlü olmam…

Çikolata Yüzünden Seks Manyağı Ol

Çikolata Yüzünden Seks Manyağı Ol alıntıdır Neredeyse akşam olmak üzereydi, "Eyvah geç kaldım, anam bütün kemiklerimi kıracak!" dedim. Durmuş ağa…

kartal escort tuzla escort adapazarı escort adapazarı escort seks hikayeleri izmir partner escort escort pendik izmir escort izmir escort halkalı escort sakarya escort ankara escort antep escort kartal escort maltepe escort pendik escort gaziantep escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis sakarya escort