Journal intime de Laura (1)

Amateur

Journal intime de Laura (1)Bonjour, je suis Laura. J’ai 30 ans, mariée, et pleine de rêves… Secrétaire commerciale dans une concession Toyota.Mon mari Alex est amoureux et il me comble, mais je me ménage un jardin secret, dans lequel je me réfugie pour me retrouver…J’ai besoin de ces moments de détente, dans lesquels je vis mes fantasmes, retrouve des rêves d’ado, vis mes passions pleinement, sans personne pour me juger ou freiner mes épanchements… Alex le sait, même s’il ne partage pas….Avant lui, j’ai eu une vie amoureuse riche, de mes seize ans et mes premiers émois, mes premiers flirts, à mes premiers amants…Puis j’ai quitté le nid familial, pour entrer dans ma vie professionnelle, pour un studio, ma voiture, mon argent, et vivre ma vie de femme…Oui, ma vie de femme libre…J’avais le temps nécessaire, aucun compte à rendre, un planning ouvert, et j’ai aimé cette vie, cette liberté, faire des rencontres, lier des amitiés, vivre des amourettes, des moments d’intimité, des découvertes, et beaucoup de sexe…Les hommes n’avaient compté jusque-là que pour des rapprochements sexuels, des désirs passagers, des copains, au même niveau que mes copines et collègues…Je sortais souvent, seule ou avec une amie, nos soirées tournaient autour des hommes, dans des contextes variés, de la musique à la drague active, dans les moments de manque…Je voulais vivre ma vie avant de me marier, vivre et connaitre le plaisir, les plaisirs, pour pouvoir choisir le moment d’abandonner et me consacrer à bâtir une famille à mon tour.Après être installée, et un travail qui correspondait à ma formation et à mes aspirations, je me retrouvais dans le monde des actives… Chef de bureau au bout de deux ans, jeune, bien foutue et pas chochotte, je devenais une proie facile…Mais mes premiers principes furent simplissimes, rien dans le boulot…Nenni, bezef, que dalle…Je bâtissais ma carrière, chaque année compte, chaque décision, chaque faux pas, chaque risque… Je devais garder un œil ouvert sur tout ce qui se passait…Je souhaitais le meilleur et me donnais à fond, ne regardant ni l’heure, ni mes contraintes…Donc je vivais mon intimité après (ou avant) le travail…Des amis, des amies, un cercle de proches, du même âge, de même classe, avec qui je passais mes temps libres… En fait il y en avait deux de cercles…Le premier c’était le sport, les sorties, les dimanches, la plage, et l’autre c’était le plaisir, l’intimité, mon jardin secret que je commençais à bêcher…Si le premier groupe était constitué de femmes et d’hommes, le second était pour l’instant mes 2 amies, Flo et Lilas…Comme moi, elles étaient dans la vingtaine, premier emploi après diplômes, premiers pas dans la vie active, et la découverte de notre liberté…Sorties au restaurant, cinéma, concerts et discothèques…On aimait les festivals de musique, les garçons sympas, les soirées cool, on se recevait parfois entre filles, parfois avec des copains…Trois filles, trois femmes, trois regards acérés sur le monde, des libidos en dent de scie, des caractères tranchés… Nous restions libres de nos sorties…Flo était blonde, connue sur les bancs du Lycée, Lilas était brune, rencontrée en boîte de nuit, et moi… Flo fut ma première expérience lesbienne, Lilas la seconde…Lorsque les garçons nous faisaient du mal, nous nous consolions, ce qui nous avaient rapprochées… Le sexe étant notre moteur, elles en ont fait partie…On jouait au début, prenant des amants par jeux, pour ne pas être la seule à rentrer bredouille…On dit un coup d’un soir…On avait chacune nos copains, ceux qui nous consolaient gentiment et qu’on gardait pour la nuit…« Ah ? Tu étais avec Jean cette nuit ? Vous avez… Il s’est amélioré ? »« Oh, j’ai passé la nuit avec Georges… Une horreur… Qu’est-ce qu’il ronfle ! »« Tu sais Pierre m’a raccompagnée hier soir après le ciné… Je me le suis fait… Tu ne m’en veux pas ? »Souvent on parle d’eux, de ceux qui papillonnent autour de nous, mais aussi qui s’éloignent quelques semaines avec des nouvelles…« Jean-Marie, je l’ai vu avec Gisèle… Ils se bécotaient grave… Il est monté avec elle. »La nouveauté !Je pris alors l’habitude dans cette nouvelle vie pleine d’informations, avec les réseaux sociaux, internet, les mails et les textos, de noter au jour le jour ce qui me paraissait intéressant… Qui avec qui, mais surtout ce qui me touchait perso… Achats, lectures, pensées, nuit d’amour, ressenti…Et j’ajoutais mes rêves, mes fantasmes, en disant qu’un jour je reviendrai les annoter…« Georges m’a fait l’amour dans la voiture… je n’avais pas voulu qu’il monte, alors il m’a montée… »« C’est bon, Dany est super, il m’a limée toute la nuit, il est infatigable… »« Joe, un super coup, rencontré au Spax, flirt sur la piste, puis en voiture et ramené ici… J’ai craqué, il m’a sodo et on se revoit demain »« Ça y est, j’ai baisé avec Paul et Marc… A l’anniversaire d’Irène… Ils m’ont embrochée ensemble, dingue… Dans la cave, on était ronds… J’ai beuglé comme une truie, c’était divin… »« Marielle m’a embrassée au ciné… Elle a passé la nuit chez moi… Super pied ! Ça change des mecs, on s’est défoncé nos chattes !… Demain, elle apporte son gode ! »« Marielle est venue avec un copain black… Une nuit de baise… Il m’a explosé le cul !Elle parle d’une soirée spéciale… Samedi… »07/08/08 23h45« Putain, Marielle s’est retrouvée à poil dans la piscine en jouant… Quelle salope ! Maintenant elle est allongée sur un matelas, avec trois mecs et deux femmes. Ils se caressent, se livrent à des fellations, des cunnilingus, se laissant baiser par chacun, bouffant la chatte des autres filles, qui jouissent comme des truies… »00h35« J’étais curieuse, maintenant je sais… C’est génial d’être pourfendue sans savoir par qui…»01h50« Avec des femmes à moitié ivres, c’est pas mal non plus… »« L’orgie est à son comble, j’ai morflé grave, eux aussi… J’ai la chatte rougie et le cul ouvert »03h50« Fin de soirée, je vais chez Joël, je suis trop fatiguée pour conduire »08/08/0811h30 (Lendemain de la soirée) « Joël m’a défoncée le reste de la nuit, avec sa bite de malade… Je le kiffe. Je reste avec lui Dimanche. »« J’ai passé la nuit à cheval sur lui, les cuisses écartées. Plus tard il m’a prise à la cuisine, la tête dans le four, il dit qu’il a farci la dinde, je suis vidée »« Erreur, il vient de me remplir à nouveau ! Ça coule sur mes cuisses, il me lèche la chatte… »Voilà un extrait de mes premières notes intimes…Journal intime par excellence…Depuis quelques années, je précise plus de choses, sur mes pensées, sur des détails, souvent croustillants, et que j’ai plaisir à relire… Comme vous sans doute…J’écris des pages entières, pour revivre ces moments quand je serai en panne…Voici la suite, presque du LIVE…22/02/15Je m’ennuie… Il est parti au stade, avec ses copains… Rugby… Ils vont faire la fête, souvent il reste dormir chez l’un ou l’autre, suivant son état…Ce soir je retrouve Flo, mon amie… Et sans doute Lilas, mais c’est pas certain, son nouveau mec hésite… Je pense qu’il est marié, elle fait la sourde oreille…On entre, on s’assoit à une table et comme d’hab. On nous colle deux autres filles en face…Elles sont pas sauvages, on se présente, elles ont notre âge… Elles vont danser, on les suit…La grande brune, cheveux longs, est une liane, suave, avec un visage de madone…L’autre cheveux moyens, ondulés et frisés, l’œil clair, l’esprit vif… Elles semblent chercher la même chose que nous… Revenues à table on en discute… Oui, elles sont souvent ici, oui, elles aiment la danse et surtout les danseurs… Quelques rencontres, des coups sans suite…La boîte est bien fréquentée…Quelques minutes plus tard, un mec invite la liane… Puis son copain invite l’autre brunette…Enfin, un homme pas trop mal, s’assied pour nous parler…Finalement il nous invite à rejoindre son copain, ils sont deux, un peu perdus ici et on semblait pareil…On suit, whisky, vodka, et on danse…Flo fait vite le tour de son danseur, ses mains autour du cou, puis elle disparaît à son habitude…Lui :« Tu danses bien… » puis « Tu cherches quoi ici ? »« Ça te dirait de faire comme ta copine, avec moi ? »Moi : « Elle fait quoi ? L’amour ? Bien sûr ! Je la connais bien mon amie Flo, et on vient pour se régaler… »Lui : « Prendre du bon temps ? Tu vas la voir revenir dans une bonne demi-heure, le sourire aux lèvres, sentant un peu la sueur »Moi : « Tu es déjà allé avec elle ? »Lui : « Oui ! Super ! Ce soir on a tiré à la courte-paille, c’est mon copain qui a gagné »Moi : « Et tu attends que je me décide ? »Lui : « On n’a qu’une seule voiture… »Moi : « J’ai la mienne… Et puis on peut se promener pour faire connaissance, avant… »Lui : « Ah ? Oui… Tu veux me connaitre un peu, savoir qui je suis, mon prénom, tout ça… »Moi : « Normal, non ? »Lui : « Parfois elles ne demandent rien, elles embrassent, se laissent tripoter, elles sucent, et ouvrent les cuisses à l’arrière de la voiture… Capote et hop… »Je le regarde… « Viens ! Tu me fais envie… »Sur le parking, j’ouvre la portière arrière, on monte…Moi : « On peut inverser, tu me suces et tu me baises quand je pars… »On s’embrasse, on s’enlace, il me caresse les seins, je l’aide, il les suce, les tête, je commence à feuler… Il passe une main entre mes cuisses, j’aime, je veux, je glisse ma culote…Je m’offre… Son zizi est devant moi, tendu vers moi. Il me sourit, caresse mes seins, excite, viens les mordiller, puis il prend mes chevilles, relève mon bassin et son dard se colle contre mon minou…Oh !… Le coquin, quel engin ! Flo est connaisseuse…Quelques secondes éternelles, il se perd dans mon sillon, venant effleurer mes grandes lèvres, mon bouton, les petites, puis la grotte…Il le pousse en moi, je délire, j’ai trop envie, il me prend…Je commence à jouir… Il souffle comme une baleine, de désir, de plaisir et fait durer…Il caresse mes seins, passe ses doigts sur ma vulve, trouve mon clito et le fait jouir entre ses doigts… Je m’envole et gémis de plaisir, un torrent s’échappe de mon trésor, il me troue…Quel pied de se faire baiser comme cela, tout en tendresse, en ressenti, en délicatesse… Un ténor, du barreau… Car il est beau le bougre ! Il me pilonne un long moment, savourant la douceur de mon fourreau, il change de vitesse, d’angle de pénétration, se donne du temps, puis repart, et mon plaisir suit, mes feulements augmentent, il devient plus hard, plus vite, me défonce, cogne mon pubis, s’enfonce encore…Puis il me saisit par les hanches et délicatement savoure ses derniers instants, en expulsant sa semence…J’ai noté : « **** »Pour une première fois… Il me serre contre lui, caresse ma chatte qui coule sur mes sièges, viens sur mon anus, apporte mes sucs humides, tourne son doigt, insiste, sa première phalange m’ouvre…Il me met à quatre pattes, le cul en l’air, la chatte ouverte, l’anus luisant…Je serre les dents…Son dard approche, et se plante… Quelques centimètres, juste le gland…Puis il entre comme dans un hall de gare… Emporté par l’élan, il cabosse mes fesses, me tordant le cou au passage, et il commence à me lutiner, par l’entrée de service…Je soupèse et cajole ses couilles… Il J’ai dessiné un cœur en face de cette ligne… Je me souviens avoir joui de lui, me tenant au fauteuil de devant, soulevant mon bassin pour mieux le ressentir…Quelques « Ouh ! » des « Oui ! », puis son corps contre le mien, nos peaux humides de sueur, collées… On ne voit plus rien dehors, vitres embuées complètement…On trouve Flo dans les bras de son amant, elle me racontera sa partie plus tard…J’ai rajouté au crayon : Ils nous suivent chez moi, premier quadrille depuis longtemps…Effectivement, dans mon grand lit tout neuf, 180 de large, on se mélange volontiers, changeant de partenaire avec avidité, goûtant à tout, nous offrant aux deux sexes pour des vocalises irréelles…Ils restent jusqu’au soir à nous butiner, elle, moi, moi, elle, et nous 2, en les regardant se masturber devant nous…08/04/15On saute en avril, une sortie avec Flo et Lilas, revenue de ses rêves déçue…Un revers que l’on se doit de soigner.Donc sortie, restau, tour sur le port pour digérer, et direction, le bal en plein air dans cette petite station maritime…Attablées toutes les trois et riantes car grises, on continue au mojito…On s’éclate sur la piste, je suis en short et pull moulant car les soirées sont encore fraîches…Je passe de main en main, tâtée, caressée, attouchée, collée, effleurée… Au même titre que mes amies…Et après toutes ces tentatives avortées, je me laisse embrasser par un des plus sympas…Il me represse, m’ausculte, me palpe, et m’entraîne dans un coin plus sombre, soulève mon pull et passe ses mains dessous… Là, c’est le déchaînement, mon corps exulte, ne m’obéit plus, je serre sa bite au travers du pantalon… Mon sexe s’ouvre et s’épanche copieusement…On quitte le bal, en se bouffant le groin…On trouve rapidement une impasse, sombre et lugubre, en lisière de forêt, il glisse une main dans mon short… Appuyée contre un tronc d’arbre, je me laisse doigter… Ma chatte est ravie, le doigt fait le tour de mes secrets, et ramasse le trop plein de mouille…Puis il trouve mon bourgeon et c’est le départ de mes « Heu ! » lancinants, incessants, pénétrants…J’écarte de plus en plus les cuisses pour que sa main trouve bien sa place…Pendant ce temps, j’ai ouvert sa braguette et sorti son sexe, qui coulisse dans ma main…On se masturbe ainsi pendant un long moment, savourant ce partage… -Tu la veux hein ? T’as envie de ma queue, hein salope ? Suce-moi et je te la mettrai dans ton con plein de mouille… J’aime satisfaire les salopes qui viennent pour baiser.-Tu n’as pas un peu bu ?-Oui, c’est mon carburant ma belle… je suis le premier ce soir ou tu t’es déjà faite empaler ?-Premier…-Alors je vais ouvrir ta voie, exploser ta chatte, mes copains seraient ravis de prendre ma suite… Ça te dit ? je les appelle ?-Pas encore… Montre-moi ce que tu sais faire…-Oh, la pute !… Tu manques pas d’air la grognasse à cul chaud !Il s’adosse au tronc et je m’agenouille devant lui… Je l’embouche, en prenant soin de titiller ses bourses…Il se met à souffler grave… Il devient tout rouge…Le gland devient turgescent, la hampe est détrempée de salive, il me colle contre le tronc et il enfile son sex-toy dans ma chatte en fusion…J’ondule à son rythme, je me prends autant qu’il essaye de me baiser, je soulève une cuisse, il donne de grands coups de reins… Enfin, il coulisse dans mon vagin… Mais sans puissance… Et moi, j’ai envie de me faire exploser la chatte !…Je le pousse, pour qu’il s’allonge, baisse mon short et m’assieds sur sa bite…Oh, le régal ! Je me prends avec frénésie, remuant en tous sens, il me soutient, m’aide, soupire, ahane…-Oh, oui… C’est bon Laura, je te baise…J’ondule mon bassin, bien écartelée, le membre avalé en cadence canlı bahis şirketleri par mon vagin grand ouvert… Je ressens des vapeurs d’alcool… Aïe…Il est bourré… Et de plus, il vient d’expulser son jus d’amour juste à temps…Ejaculation précoce…Je me relève, déçue, sevrée… Je remets culotte et short, il cherche à m’embrasser, je grogne un peu, il s’excuse… C’était Pierrot, Don Juan de pacotille…09/04/15-Ben, merci pour le spectacle les enfants, je me suis pompé comme un fou en vous regardant !… Si tu veux me finir la belle, elle est encore en vie…Une cloche, SDF, blotti sous un tas de couvertures de l’armée…-C’est Juju, il est connu ici, il aide tout le monde pour une piécette… Tu peux lui faire plaisir si tu veux, il est propre, je le vois au lavoir tous les matins…Je suis dans un état qui mérite une suite concluante…Il n’a pas l’air si crade… Je tente le coup !Je me glisse contre Juju, ravi de faire ma connaissance… Effectivement, il a sorti son sexe et se masturbe… Je prends le relai d’une main énergique…Il en profite et glisse une main sous mon pull et masse mes seins…-Putain que tu es douce, et que ta main me fait du bien… Tes seins sont des oranges douces et fermes et me font bander de plus belle… J’ai envie de te fourrer ma belle !…Je regarde mon Don Juan de pacotille, il hausse les épaules, puis tourne les talons…Quel con !De rage, je fais glisser mon short et ma culotte, me tourne, lui présentant mes fesses, allant au plus pressé…Il me tâte, me masse, fait le tour de mes atours, me doigte copieusement…-Oh que c’est doux, un cul de jeunette, une chatte de nonne…Je sens son dard contre mes fesses, il arrive en face de mon abricot, je suis entièrement à sa merci…Je suis… Wouahou !…Il pousse doucement et entre dans ma grotte encore pleine de sécrétions…-Oh que c’est bon ma douce… Tu me fais un cadeau royal… Et la bite à Juju vaut le détour, la voilà qui arrive !…Il pousse encore et là je découvre ce qu’est la réalité augmentée… Il me prend jusqu’au fond et il en reste encore…Il pousse doucement son dard qui distend mon vagin… Je force aussi, me connaissant…Je feule doucement… Et soudain j’explose, il vient de me faire un premier va-et-vient !…Quel pied !… Il me ravage (Je m’en souviens maintenant !) bousculant mes seins, je me tourne un peu, écarte les cuisses, les fesses, pour qu’il prenne bien sa place…Je jouis, mais ne lui dis rien…Il est en moi… Planté, immobile !… Il masse mes seins avec ses deux mains… Il grogne comme un ours et recommence à me prendre… De plus en plus vite…Il éclate mon abricot juteux… Qui s’ouvre encore pour lui et dégouline de jus…Je vais jouir plus fort, je le sens…Oh, quel orgasme !Il a défouraillé sans rien dire, une explosion de sperme, ça giclait de partout sur ma foufoune, même après être sorti du bois…Je vois une note (« ******* »7 étoiles pour le 7éme ciel, sa façon originale de me faire jouir… Ce sexe laissé pour compte, et surtout, je pense, le manque qu’il vient de ratt****r…Il en a éjecté au moins un stock de 3 mois…15/04/15Ah ! Juju… Je l’ai revu au marché, le mois suivant, il tenait un stand de produits locaux, pour un copain. Je n’avais pas eu le loisir de le voir bien en face…Yeux bleus, buriné comme un marin, pull bleu foncé, je lui trouve une belle allure…-Oh ma douce, je n’ai pas rêvé, tu existes…-Je… Oui… Tu n’as pas rêvé, moi si…-Tu es fâchée contre moi ?-Non, contre moi…-Ah, tu ne voulais pas d’un clodo qui dort au fond d’une impasse, et qui pue la vinasse…-Non, ce n’est pas ce que j’ai dit… De plus, maintenant que je te vois…-Ah ! Tu aimerais recommencer ?-Si… Enfin, si l’occasion se présente…-Tu sais, j’étais bourré, et j’aime cet endroit en limite de forêt. C’est calme…-Je n’étais pas dans mon assiette non plus…-Ton copain t’a baisée et il s’est barré, te laissant sur ta faim, ma caillette…-C’était pas un copain, on venait de se rencontrer au bal… J’avais envie de lui… Ou d’un autre… C’est con… Je suis impulsive… J’ai pleuré de honte en rentrant chez moi…-Tu sais, je vois que tu es bien habillée, vêtements chics, coiffée, manucurée, tu es une dame… Je n’en ai pas beaucoup serré dans mes bras, et encore moins honorées… Mais toi, j’ai senti quelque chose, alors si tu veux, attends-moi. Je t’invite au restaurant, chez mes amis et je te raconterai mon histoire… Fais-moi ce cadeau, viens au restau…-Tu es gentil Juju… Pourquoi pas, je peux attendre ici… Je n’ai rien acheté de précieux ou de périssable…-Va chez Marius, c’est sympa, dis-lui que tu viens de ma part, tu seras tranquille…Je suis allée directement à cet estaminet, j’ai pris un Ice-tea… Une demi-heure plus tard, son sourire a passé la porte d’entrée…-On va manger dans le patio, la cuisine est top ici…-Tu les connais bien ?-Depuis 30 ans… Ce sont des amis, Eva est bonne cuisinière et jolie, Marius, c’est Marius, une crème d’homme…On s’installe, on choisit, il me guide, plats familiaux, produits maison, du terroir, j’adore…Il commence à parler…J’en reste baba…Juju est ingénieur… Il a monté des usines dans sa vie, créé et breveté des trucs de folie, trop techniques pour que je m’en souvienne, il a eu une entreprise, fabricant de de circuits intégrés…Alors pour quoi le soir dans une ruelle, habillé en SDF ?En fait il l’a été, faillite, divorce, maladie et puis des rencontres et une vie saine…Il est reparti, a remonté la pente…Il n’est pas Crésus, mais a de quoi vivre jusqu’à la fin de ses jours…Il est devenu écolo, il aime cette ville, il a des amis…Il y en a qui aiment passer la nuit accrochés à la montagne, lui c’est dans les bois, avec les animaux, qu’il traque et photographie…Et voilà le fin fond de l’histoire, il est féru de clichés a****liers, il fait des expos et paraît parfois dans la presse… Il possède une maison, pas un château, mais… J’y suis invitée pour le café…Une heure plus tard, je rentre dans son labo, une salle immense, couverte et organisée pour la photo, des pans de murs de posters, par saisons, par espèces, c’est très prenant, beau, sur le vif…Il m’emmène dans une petite salle attenante, son salon à lui et ses travaux en cours…Me voici bien cachée, au fond de cette impasse d’où part le sentier de la forêt…Je suis en train de jouir, avec mon Don Juan de l’autre soir, on ne voit que mon expression, mon regard, mon visage, mes lèvres suspendues… C’est géant !… Une femme qui jouit dans la nuit, les lèvres entrouvertes, on imagine les sons qui s’envolent de ses lèvres, figés pour l’éternité…Je me souviens, j’étais sur lui, et je me prenais avec son pieu, dans cette forêt que Juju adore… Bercés par le cri du hibou ou le hululement de la chouette…Ce cliché noir et blanc, me met en valeur… Il met en valeur la Femme, pour une fois sublimée et non pas prise pour une idiote… Quelle expression, quel message il a fait passer !Il me tend le cliché, me l’offre… Il n’en a fait que 2 tirages, et garde un double pour lui, pour garder ce sourire, ce désir, le plaisir que j’exprime par ma bouche… Il est dédicacé…« Un ange dans la nuit » et « Souvenir d’une nuit magique »Mes yeux sont remplis de larme, je dois m’essuyer…Je le remercie…Alors il ouvre un tiroir et étale des clichés, pris aussi ce soir-là…Le premier, le même moment, pris plus large, on me voit en buste, mes seins fiers…Le second encore plus large, je suis nue sur lui, à califourchon, les cuisses ouvertes laissent entrevoir les détails de mon anatomie et le membre viril qui s’y enfile…Je n’ose pas parler… C’est beau et super gênant… Certes Juju a été mon amant peu de temps après…Il me dit que ces clichés sont anonymes et pour sa collection… Il adore me revoir comme en cette soirée, où nous sommes venus faire l’amour à côté de lui…Il me dit que mon partenaire, n’a sûrement pas conservé cette image de moi, cette beauté, cet abandon, ce plaisir qui illumine mon visage… Alors que lui, photographe, il a figé ce souvenir à jamais…Il se souvient m’avoir invitée sous son camouflage… Et surtout le plaisir qu’il en a gardé…Juju est un artiste, un homme plein d’amour pour la nature, les animaux qu’il traque, sans doute plus que pour les humains…Déçu par la vie, il a pris sa décision de vivre sa passion…Il est beau ce soir, rasé, les yeux bleu délavé…Je regarde encore le dernier cliché… Je me revois en train de me prendre, l’instant où je sens l’orgasme arriver, je sens le sexe irradier le mien, ouvrir ma chatte, brûler mon ventre, monter en moi, gonfler mes seins, m’exprimer en gémissant, l’esprit vide, le noir devant moi, le souffle coupé par l’intensité du coït…Juste là… Au moment où il explose en moi… Ce voile noir… L’instant que je cherchais à vivre ce soir-là… Pour lequel j’ai flirté avec plusieurs prétendants, et où on est venus dans cette impasse peu fréquentée… Les préliminaires, mon abandon entre ses bras, contre cet arbre où il m’a caressée debout, malhabile, pressé, me déshabillant à moitié et son sexe qui me pénètre… Des pulsions sauvages, mon émoi, mon désir…Mais, n’étant pas à l’aise, j’ai eu l’envie de prendre les devants, pour profiter pleinement de sa verge…Et voilà… L’accès à un niveau supérieur de jouissance et la ligne droite vers l’extase…Je m’imprègne du cliché, c’est de l’art et non du porno…Je le signe avec comme dédicace « Laura, une femme libérée… »Il comprend… Libérée à deux niveaux, dans son corps, se libérant de sa libido et dans sa tête, pour s’imposer à son amant et se mener à un orgasme libérateur…Ces clichés sont merveilleux et j’en ressens les effets… Ils font remonter le plaisir ressenti… Surtout celui d’après, avec lui…J’ai envie de lui…De me donner à lui, mais plus comme une secrétaire en manque de bite, mais en femme, ébranlée par son récit, venant de partager des instants d’amitié, il s’est livré à moi…Oui, j’ai envie de partager sa passion, lui ouvrir mon cœur à mon tour, lui donner cette amitié qui lui manque, peut-être un peu d’amour…Je fais passer mon pull par-dessus ma tête, libère mes seins… Il me prend dans ses bras, caresser, hume, continue à retirer mes vêtements, puis les siens, et nous roulons sur le futon…Ses caresses sont divines, il connaît la femme, ses baisers de velours, il se montre doux et son approche délicate… Je me laisse entraîner par ses baisers et sa bouche vient dans mon intimité et m’emporte… Ses lèvres jouent avec les miennes, sa langue glisse, écarte, lèche, frotte, me délirant…Je me laisse conduire vers le plaisir en m’offrant à lui, écartelée, gémissante, conquise…Je le prends ensuite, pour une fellation méritée, lui donner tout le plaisir de cette caresse intime… Jusqu’à obtenir un membre conséquent, digne de mon désir…Il me prend sur le dos, s’enfonce lentement, me regardant commencer à jouir, me donnant à lui, mes yeux dans les siens, ravie de mon sort…Appuyé sur ses 2 bras, il savoure… Me pratique longuement, gardant mon désir en pause…Limite d’exploser, mais certain de m’avoir en pleine ascension, jusqu’à l’orgasme…Je feule, je suis à lui, je l’accompagne, on se complète, on s’aime…Un long moment, un accord dans cette étreinte, jusqu’à jouir de lui, griffer le duvet, prise de tremblements désordonnés…Il s’occupe d’entretenir mon état second, un doigt sur mon clitoris, qui me fait décliner des mots doux et tendres…Il me met dans la position de l’autrefois… Puis il me pénètre en ciseau, son sexe glissant sans effort dans mon fourreau… Il me fait l’amour… Je me sens à lui…Les mouvements m’emportent, un océan, des vagues tièdes, une plage merveilleuse sous un ciel bleu, l’eau transparente… Je me laisse dériver jusqu’au bout…Je suis allongée sur la plage, il est fiché en moi… Il m’étreint…Il me tourne, je me retrouve en levrette…Quel pied de le sentir pleinement, et ses mouvements sont plus virils, mon plaisir plus intense, mes vocalises aussi…Coups de reins plus autoritaires, il me domine, me fait sienne, soumise à sa virilité…J’obéis…Il prend mes seins dans ses larges paumes et je jouis de plaisir de vivre ce moment intense, un instant rare…Oui, c’est de l’amour, du moins celui du début, celui qui nous chavire de bonheur…Mon sexe s’ouvre, mon ventre, mes seins, ma tête explose…Il me donne de puissants coups de reins… Mes seins ballottent, il s’enfonce encore…Il va jouir…Moi aussi, mon ventre brûle…Je suis tétanisée, je m’écroule de plaisir, ivre, défaite, les bras en croix…Que dire ?… Je suis clouée sous lui… Son pieu dans ma chatte, encore enivrant…Il a ahané sa jouissance… M’a donné le coup de grâce, un coup gagnant…Que c’est bon, irréel, je suis sur mon nuage…J’aime cet instant où mon amant me prend dans ses bras et savoure sa victoire…Le mâle qui vient d’inséminer sa femelle… Le repeuplement assumé…Certaines le bouffent, d’autres s’envolent, moi je reste…On se retourne, il me prend contre lui, m’embrasse longuement, je sens son sexe contre mes cuisses… Deux êtres venant de faire l’amour, pour ce final jouissif, cette explosion étoilée dans le ventre de la femelle… J’aime le faire ainsi, complètement abandonnée à mon amant… En sécurité, protégée par ses bras… Sentant sa semence s’écouler…Nous restons ainsi de longues minutes, enlacés, comme si l’instant scellait un acte particulier.Il vient téter mes seins…Je suis sur le dos… Offerte…-Tu es belle… Je ne te mérite pas…-Si, maintenant, tu me mérites… Merci pour tout, pour ce tu m’as donné, tout ce que tu m’as offert, et surtout de m’avoir entrouvert ton cœur. La prochaine fois ce sera à moi.-Tu n’as pas besoin de me dire ton passé, juste le présent, s’il te convient et l’avenir, ce que tu cherches, si tu t’imagines…-Je voulais t’en parler, mais ce n’est pas le moment…-Le moment c’est l’instant que l’on choisit… Je te propose samedi, et venir chasser la chouette Effraie avec moi. Si tu aimes la nature, on pourra passer la nuit dehors…-Oh que c’est une idée géniale… Oui, oui et oui ! Traquer prendre des photos… Mais je n’ai qu’un appareil ridicule…-Ton appareil me plait… On roule sur le lit, j’en perds mon latin, il me refait l’amour, tendre, comme s’il était aux aguets, sans faire de bruit, progressant ensemble dans la tendresse, vers le but ultime, et je me donne encore, en femme conquise, en amante…Cette fois, pas d’envolées lyriques, pas de bite énorme, juste son sexe et le mien, en étroite fusion, et nos caresses douces, nos baisers brûlants, où glisse notre passion…Je ressens son amour jusqu’à la fin, ce désir de donner le plus tendre des accouplements amoureux, ressentir nos moments les plus fous, s’imprimer dans nos mémoires, vibrer sous ses silences, trembler par ses saccades, gémir ensemble en ressentant l’ultime orgasme…Partager…Ruisselante, blottie contre lui, mon cœur perturbé, en ressentant un immense espoir, d’avoir trouvé l’homme de ma vie, cet homme des bois, cet amant passionné…15/05/15La chouette canlı kaçak iddaa EffraieCe soir j’ai emporté ce que Juju m’a conseillé au téléphone… Survêtement, anorak, boissons, gourde d’eau, lampe électrique, vêtement de pluie, bonnet sombre, cagoule si j’en ai, de bonnes chaussures… Du courage et de la patience… Un couteau, des fruits et des biscuits, de quoi grignoter… Mon appareil, celui qui prend des photos, pas celui qu’on photographie en douce…Nous partons à pied, sac au dos, il fait bon, 18 heures, soleil encore un peu haut…On marche, il prend des chemins, nous entrons dans la forêt profonde…Le ciel s’est assombri, il me recommande de ne plus parler fort, de le suivre…Nous arrivons… Il me fait signe, je retire mon sac…Il pose une grande couverture, puis il prépare un matelas de mousse, il jette une tante kaki qui se déplie, un peu plus loin… Nous l’utiliserons après la veille.Le but étant de passer inaperçu, il la recouvre d’un filet et de quelques branches…Voilà, nous mangerons dans la tante avant la nuit, les oiseaux se manifestent dès la tombée du soir, mais surtout entre 22h00 et le matin… Nous devrons attendre… Ce qui me réjouit…Avant, il m’amène vers un petit bois… On y découvre une ancienne grange, recouverte par la végétation. A moitié délabrée, mur tombé sur plusieurs endroits, il reste une partie couverte, un toit en chaume qui a tenu…Nous ressortons sans faire de bruit et une fois dans la tante, il me livre son secret…La chouette Effraie vit souvent dans les clochers, des ruines, et dans les bois où elle trouve sa pitance…Donc nous allons surveiller l’accès à la ruine et les bois alentours. Il me fait entendre son cri particulier, elle chuinte…On boit un verre, puis c’est l’heure de se restaurer, j’ai faim, sans doute la grimpette jusqu’ici…On parle très doucement, jusqu’à la nuit noire… On ferme la tente et on prend place dans notre poste de guet…Serrés l’un contre l’autre (c’est que j’attendais), il prépare un appareil, trépied, objectif énorme, télécommande… Il peut enclencher des vidéos.Puis sort son reflex professionnel, un zoom de folie et se tient prêt…Soudain, un bruit nous interrompt… Un Sanglier qu’il shoote, magnifique solitaire qui passe tranquille à quelques pas de nous…Il m’indique la rivière un peu plus loin…Je frémis en le voyant s’enfoncer dans le bois…La chaleur de Juju me fait du bien, je profite pour m’allonger sur ventre…Avec sa cagoule, il est invisible… Je suis un peu en retrait…Il me montre un a****l… Doré… Renard…Il semble suivre le sanglier de loin…Puis dans les arbres un bruissement, un petit duc… Difficile à photographier…Soudain, j’entends le chuintement caractéristique…Il la voit, sur une branche à côté de la ruine… Elle y vit sans doute…Il s’affole sur le déclencheur… L’oiseau semble tranquille, se gratte les plumes, sa tête tourne de chaque côté, rapide…Il a vu une proie, il fonce… Dans ses serres (Clac, clac, clac), un campagnol…Elle rentre dans la ruine, nourrir ses petits ?On la suit pendant deux heures, il est une heure du matin, il est temps de dormir, il a eu ce qu’il voulait…On peut ressortir et aller dans la tente, on sera mieux pour le reste…On dirait qu’on passe d’un trou de souris à un quatre étoiles en toile…Plus spacieux mais…Je m’installe pour la nuit, quitte mon bas de survêtement…Il fait bon, je bois, il est dans le duvet… J’ai envie de faire pipi… Je sors, munie de ma lampe frontale.Dans un réflexe inconscient et idiot, je m’éloigne vers la gauche… Me cacher ? Pour les oiseaux ou de Juju qui m’a déjà vue sous toutes les coutures, et même immortalisée…Pipi, papier que je garde pour le mettre dans notre poubelle… Je me relève… Sèche…Bruit ! Je me fige.A gauche, nuit totale…J’ai peur…J’actionne ma lampe… Dans le halo, un faon ! Devant moi, irréel, il me regarde, semble hypnotisé par la lumière…Je ne bouge pas, je me mets à terre… Je ne veux pas lui faire peur et me comporte en soumise… Pas de geste brusques, Juju m’a drivé… Je me suis accroupie, plus basse que lui, il regarde tout autour… Juju doit se régaler… La belle et la bête…Quelle idiote, je n’ai pas eu le temps de remonter ma culotte !…La belle est en train de faire le buzz… Il doit exulter !…Fesses à l’air, penchée en avant pour me dissimuler de la bête, dans les herbes hautes…Mais la bête est partie, broutant çà et là…Je suis allongée, morte de peur et de froid…Il arrive, me soulève et à bras le corps m’emporte sous la tente… Mais j’ai eu le temps de remettre ma culotte…On est pris d’un grand fou-rire… Je suis rouge de honte, il me montre les clichés de la bête, magnifique, puis les miens…Quel shoot… Mes fesses, mon abricot, mon papier à la main, le jeune daim dans l’alignement, magnifique, ses grands yeux cerclés de noir, sa peau marron, tachetée de blanc…Une autre, plein zoom sur mon anatomie, superbement cadrée… La tête du faon en flou en arrière-plan…-Tu es divine… -J’ai honte, tu ne les tires pas sur papier, promis et tu ne les diffuses pas !-Il va falloir me payer alors…Le temps de ranger l’appareil…Mon survêt s’ouvre, ses mains glissent sur mes seins… Mon ventre explose, il coule de désir…Sa main passe entre mes cuisses, se plaque contre ma vulve…Un doigt soulève la culotte…Il m’embrasse… Un baiser d’amour que je rends au centuple…Le doigt s’insinue doucement…Je descends son pantalon de survêt, son slip, et me frotte contre lui, mes seins plaqués…Ma main a saisi son sexe… Je protège ma culotte et la descends… Je retire mon haut, je suis nue contre lui… Il est nu contre moi…Et comme il est encore sur le dos, je m’allonge sur lui…Je me frotte, l’embrasse, je sens son sexe contre mon ventre… Je descends et le suce…J’en avais envie !… Je le pompe, l’avale jusque dans ma gorge… Mes lèvres le bichonnent, parcourent sa hampe… Le gland est lubrifié, il me désire, il me veut… Il veut mon minou… S’y enfoncer… Procréer…Je remonte contre son torse, il masse mes fesses, son sexe arrive dans ma raie… Je rampe sur lui, me positionne, m’ouvre bien, à califourchon…Je tremble de désir…Il me fouille, tâtonne…J’ondule mon bassin… Et la nature est bien faite, il y est… Lové contre ma chatte… Prêt à me pourfendre… Je n’ai jamais eu autant envie de me faire prendre…Le membre glisse dans mon sillon et arrive à l’embouchure de mon puits d’amour… Je suis contractée, le désir me tétanise…Mon abricot s’est ouvert, mon clitoris le ressent et sort de sa tanière pour participer à la fête…Juju pousse doucement sur mes fesses… Le gland fait son boulot, et comme une ogive, s’enfonce doucement dans mes tendres trésors…Le clito n’avait pas rêvé, je sens un doigt s’en occuper…Trop ! C’est trop !…J’accompagne le sexe dans mon vagin, j’ondule mes fesses, ouvrant ma chatte, pour mieux l’avaler…Le doigt démarre une valse, moi, je fais une salsa…Je me prends, je l’enfile, je me tords, je remue d’avant en arrière, de droite à gauche, j’accélère, je le sens arriver au fond, bien au fond, contre mon utérus… Toutes ces minauderies l’on excité au plus haut point, autant que moi…Je prends ma vitesse, celle de croisière, et savoure…Un acte délicieux, je me sens belle, je me sens riche, je me sens femme, je le domine…Il cherche ma bouche, caresse ma chatte en me donnant un merveilleux baiser d’amour, tendre et humide… Nos langues jouent un instant…Le combat continue…Je jouis… Une onde partie du fond de mes organes, chaude, termine en tsunami d’orgasme…Je feule doucement, redescendant sur terre… J’ai crié mon plaisir, crié des choses idiotes, des onomatopées délirantes…Je me suis libérée… Maintenant je peux baiser !Je me reprends, il masse mes fesses, empalé dans mon vagin, bercé par mes mouvements de ressac…Il me serre dans ses bras…Je me redresse, sentant encore plus étroitement sa chose reproductrice, la serrant dans mon vagin…Il masse mes seins, accompagne mes hanches, se soulève de temps en temps, me faisant vibrer…Alors je me place pour accompagner son sexe, lui faisant un fourreau mobile, dans son alignement… J’agite mon fessier de bas en haut, atteignant une vitesse folle, le ressentant grossir…Je me retiens avec mes bras sur ses cuisses, je continue, je sens le dernier orgasme arriver, ma jouissance suprême, ce sommet, l’extase !Il m’accompagne et explose en moi…Je suis anéantie, vidée, en sueur, je reste collée à lui, son sexe fiché dans mon vagin diminue peu à peu, nos semences s’écoulent… Le jeu est fini…Je suis heureuse… Un gâté d’amoureux… Un câlin comme j’aime où tout mon corps exulte son plaisir…Je me sens chatte, son sexe me quitte… Il ronflotte…Je me couche sur le côté, une cuisse sur lui, je m’endors…16/05/15La chaleur du soleil sur la tente me réveille…Je m’étire comme une chatte, je suis seule…J’ouvre, personne en vue…Mais je perçois une odeur, un feu de bois…Il arrive avec une tasse de café soluble et quelques biscuits…Un délice, je lui fais une place…Puis on s’embrasse et ça dégénère…Son membre a repris de la vigueur… Je me sens prête aussi…Nous voici en 69, nous masturbant copieusement, sa langue me propulse dans mes nuages…Un doigt s’en mêle, je le pompe joliment, accélérant puis je serre mes lèvres en descendant et remontant sa hampe dardée…Il grogne, signe d’un risque…Je me calme, je continue ma fellation, caresse les bourses…Il est fin prêt, et moi je suis inondée…Son doigt fait des allers-retours rapides, je m’abandonne…Puis le doigt dévie de sa course…Oh !… Je n’y pensais pas, mais…Sa cible se précise, il est en train de bien préparer son affaire…Je ne crains rien avec lui, il est expert…Je me mets en position, sur le côté car on ne passe pas en levrette sous la tente…Je respire, il pousse le gland, qui fait son chemin, et rentre…Puis il pousse de nouveau, et le plaisir arrive…Et il me sodomise comme un hussard !…Je me retrouve plaquée sur le ventre, son dard fiché entre mes fesses, brutalisant mes tendres chairs…Il me fourre, m’encule, me…« Oui !… C’est bon !… Encore, Viens dans mon cul de salope… Je t’aime… »Ma pensée voyage, je jouis de lui, je griffe le duvet, il accélère et défouraille…Quel pied !… J’ai senti l’orgasme arriver juste à la fin, et mon cul exploser…Encore une fois épuisée… Encore un café ? Il passe un short et sort…Nous redescendons vers le village un peu avant la soirée… Je dors chez lui…Enfin, je dors ? Oui, mais pas beaucoup quand même…Avec Juju, ce fut le début d’une belle histoire, mes photos sont dans mon carnet intime, celui où je range mes secrets, mon journal…Tout cela, ma dernière nuit a été notée « ******* »Il y a eu une coupure dans cette histoire…Je dus travailler plus, partir souvent vers Valenciennes pour formation, on ne se voyait plus…Quelques SMS, parfois un coup de fil pour un coup de blues…J’appris qu’il avait une fille et qu’il allait passer les vacances avec elle…C’est après les vacances, que je passais en partie avec Flo et Lilas, que mon histoire avec Juju se réamorça…15/09/15Sur le même petit marché que la première fois… Nous sommes allés prendre un verre chez Marius, j’ai fait la connaissance de sa femme, Eva.Juju est allé fermer son stand et attacher la remorque.Un couple assorti, amoureux, une « gueule » pour lui, un méditerranéen au regard acéré…Je me sens filmée… Radiographiée !… Mais j’aime ça, car c’est bon enfant…Eva c’est un regard doux, un sourire aux lèvres, un corps de jeune fille…On dîne, Eva s’attarde un peu avec nous, je pense qu’il lui a parlé de moi et qu’elle vient « faire ma connaissance » comme on dit…Ils sont fermés le lendemain, Juju nous invite pour la soirée prochaine, pour un barbecue décontracté…16/09/15Je passe chez moi, puis je repars aider Juju…Il me parle de ce couple… Ses amis du temps de sa femme… Il me raconte quelques épisodes… Sa femme aimait bien le couple. Parfois elle allait les aider au restaurant, faisait le service… Ils l’appréciaient, elle était très active et donnait un service au top, gentillesse, efficacité, elle devint leur amie…La fille de Juju et Marie avait une dizaine d’années, elle aimait venir au bar, jouait sur la grande place, avait des copains, faisait du vélo et regardait les joueurs de boules, qu’elle aimait servir avec un plateau…Les deux couples se voyaient souvent, presque tous les week-ends…Un soir où ils avaient bu tous les 4, il se passa un truc…Ils abordèrent les histoires de couples, Marius et Eva leur demandèrent de rester chez eux ce soir-là… Ils dansèrent, riants aux éclats, racontaient des blagues, où le sexe était le principal sujet…Marius discutait avec Marie, la femme de Juju, sur la terrasse et l’autre couple débarrassait le salon…Eva provoqua Juju dans la cuisine… Elle se fit chatte, puis câline et l’embrassa… Elle avoua qu’ils étaient venus pour ça… Ils voulaient tester l’échangisme depuis quelques mois…Marie, qui aimait beaucoup le sexe, s’en vantait en riant, elle fut d’accord pour vivre cette expérience…Les deux couples fusionnèrent pour la première fois, trouvèrent cela enivrant et recommencèrent épisodiquement…Eva était chaude et active, Marie tendre et passionnée…Les deux hommes aimaient leur femme… Ce n’était que du sexe… Et elles y trouvaient de quoi fantasmer…C’est quelques mois plus tard que Marie eut un accident, elle y laissa la vie, et la vie de leur fille…Elle se rendait chez ses parents au village voisin, pour la faire garder…Les deux couples avaient réservé dans un super hôtel en bord de mer… La vie de Juju bascula… Il quitta le village…Je me repris, attendis le soir…Quel stratagème ! Pourquoi ne m’a-t’il pas mise au courant ?Il avait un béguin pour Eva ? Elle est si sensuelle, un petit bout de femme, aux yeux noirs pétillants de malice… Vive et intelligente, un pendant pour Marius, avec son visage bon-enfant, son sourire et sa générosité… Ils s’entendaient si bien… Juju veut revivre la même chose, avec moi, son nouvel amour, qu’il désire partager ?-Ne t’en fais pas, Marius est très tendre, et Eva est torride… Tu aimes faire l’amour, tu vas te régaler… Ne pense à rien d’autre qu’au sexe… Sois toi-même, comme avec moi… Nous, on aura toujours quelque chose en plus, un amour infini…-Eva est bi ?-Oh, que oui ! Marie l’adorait, elles étaient sans doute amantes en-dehors de nos soirées, mais je m’en fichais, on a vécu des moments merveilleux de partage, nous étions très proches, on partageait nos bonheurs, nos plaisirs, et aussi nos peines, nos angoisses, les tracas du quotidien…-Et Marius et toi ?-Nous aimions nos femmes, nous étions de vrais amis, pas de sexe entre nous, mais du respect, et une amitié hors norme… Je disais qu’il était mon frère, et lui aussi…-Donc ça ne sortait pas de la famille !-Oh, coquine… Eva te plait ? Marius aussi ?-Ils sont simples, droits, oui, jusqu’à présent je les ai trouvés sympas et francs, Marius très direct et je viens canlı kaçak bahis juste de découvrir Eva… Peut-être maintenant qu’on en parle, et qu’on parle de ça, une sensation de bien-être, oui le partage, la complicité… Eva sera sans doute rapidement une amie…Notes soirée Eva Marius 16/09/09La soirée commence avec un apéro princier, champagne, petits fours, mini-sandwiches, verrines, un festin…Nous sommes dans le jardin, Juju, devant le barbecue, nous prépare des gambas, deux homards, quelques brochettes…Nous apprécions, nous bavardons, nous quittons nos robes… Nous nous baignons… Elle me pose des questions sur Juju, des questions de filles… Puis des questions intimes, celles que l’on pose entre amies…Eva est adorable, sexy, son maillot de bain est mini, son corps en valeur est parfait… Je suis assez déshabillée dans mon monokini, culotte string… Elle est nue devant moi…On se regarde, et seules, près de la cuisine d’été que je lui montrais, elle se tourne face à moi, me sourit, rapproche sa poitrine de la mienne.Nos seins se frôlent, s’emboîtent, nous sommes de la même taille… …Le contact m’électrise, je réagis au quart de tour, mon ventre s’enflamme, mes tétons durcissent quand ses mains caressent mes seins, puis elle invite les miennes…Nos têtes se rapprochent et nos lèvres se soudent…Elle se fait liane, se lovant contre moi, frottant son pubis contre le mien, sa langue tourne dans ma bouche, je ressens son désir…Elle m’incite à la caresser, ouvre ses cuisses, frotte sa chatte sur ma cuisse…Je me laisse emporter…Ma main, comme la sienne, est nichée entre mes cuisses, le doigts commence un jeu dément, tourne, visite, caresse, effleure… Je me vide… Elle veut me lécher, je m’assois sur un fauteuil, lui ouvre mes cuisses et sa langue active mes premiers gémissements…Mes doigts visitent son jardin d’Eden, tandis qu’elle me masturbe, on échange, on flirte, on feule comme deux tigresses…Je l’entraîne vers le canapé, on s’allonge, on se doigte, on se masturbe, on fait un beau 69, et nos râles remplissent la pièce, je rentre en transes sous ses mains expertes…-Oui, viens, laisse-toi caresser, ouvre-toi, j’aime flirter avec mes amies, j’aime partager notre plaisir de femme, notre tendresse, ce petit rien qui nous fait vibrer…-J’ai été frappée par ta sensualité, je l’ai dit à Juju quand il m’a demandé si tu me plaisais… -C’est pareil, tu es une fée… Prends-moi, viole-moi, excite-moi, j’aime tout…On roule, on change de posture, s’offrant à l’autre, glissant nos doigts dans les parties intimes et déclenchant nos orgasmes…On se laisse aller, on fait l’amour tendre, lovées, enlacées, nos doigts finissant de nous conduire à l’extase…Rapide, tonique, excitant et reposant, ce premier contact m’enchante, on plonge dans la piscine, et nos hommes viennent nous rejoindre en entendant nos rires…Le diner est prêt…C’est très bon, on boit, on parle, on fume… Oui, ils ont apporté un peu de drogue que l’on fume… Pour moi c’est une première…Je glisse peu à peu dans un état second, de bienveillance, d’hilarité, jusqu’au café…Marius, à mon côté, n’a pas cessé de me reluquer, de loucher sur mes seins qui n’ont rien de plus que ceux d’Eva…Je m’assieds sur le canapé, un peu ivre, et Marius vient près de moi et partage un joint…Eva s’assoit avec Juju, face à nous… Ils tirent sur un pétard… Tétant chacun son tour aussi…Elle retire sa robe de plage qu’elle avait remise pour diner…J’en fais autant, j’ai chaud… J’ai soif, je rêve un peu, je suis dans les bras de Marius, et je vois Eva danser…Sur son bel abricot, je vois la main de Juju se faufiler…Eva danse car elle se tord, j’entends ses soupirs, je sens sa passion, son désir, son regard m’accompagne… Mes lèvres s’ouvrent pour lui envoyer un baiser…La dernière bouffée m’a déposée sur un nuage… Je ne suis plus moi, je suis pleine d’amour…Assise sur Marius, je l’embrasse…Il masse mes seins, je sens son sexe sous moi, j’ai envie de faire l’amour…La tête d’Eva s’envole, revient, bouge… Elle pompe le sexe de mon chéri…Je ne lui en veux pas, je partage… Elle est chatte…Le sexe grossit sous moi, je me frotte contre lui, ses baisers m’emportent…Sa main ouvre ma chatte, son doigt ouvre mon sexe…Il glisse et appuie sur mon clitoris…Je feule dans son cou, j’entends mon cœur battre, ma vulve est trempée, son membre s’installe pour une danse infernale…Eva est allongée, cuisses ouvertes et Juju broute son minou… Ses feulements sont déments…Je vais être prise, car le sexe a trouvé sa voie et glisse dans mon sillon, et trouve l’entrée secrète de ma grotte…Je suis face à lui, genoux repliés, je me laisse aller, sentant pénétrer dans mon vagin, cette délicieuse extrémité…Je l’engouffre, je m’empale… Je jouis… Doucement, dans son cou, accrochée comme à une bouée, et l’eau semble me porter…Le sexe me fait du bien, me fait délirer, il rentre et sort, et je ressens ce plaisir…Quel adorable attribut qui vient mettre le feu à ma libido…Eva jouit maintenant, empalée par Juju, démontée par derrière, vautrée sur le canapée, enfilée proprement… Elle pousse des cris déments, elle aime cette pénétration intime, se faire embrocher…Moi aussi j’adore… Alors je fais comme elle, j’offre mon cul, ma chatte, à qui veut bien les prendre…Marius me prend en levrette et je monte d’un niveau, Eva et moi ensemble, un concert stéréo…Les « han » de nos amants, leurs bites qui nous délivrent, je suis au nirvana, orgasme délicieux.Je reviens sur terre, il continue à me faire du bien…Eva parle dans son délire, elle jouit d’un ton monocorde… Envoûtant, excitant…Marius accélère en entendant sa femme jouir… Je vais m’envoler de nouveau…Eva est contre moi, me tire du canapé, m’emporte dans la piscine…-Tu as apprécié mon époux ?-Oh, tendre et puissant, un idéal de nounours tendresse… Et toi, des souvenirs ?-Terrible… Mais on a fait nos deuils et on en a parlé… Refaire l’amour avec Juju retisse nos liens… Marius est un trésor, il ne veut que mon plaisir… Juju est très proche, nous avons tant partagé… J’ai du mal à oublier sa femme et sa fille, mais tu es là et j’avoue que je suis heureuse de devenir ton amie si tu le désires… Je ne veux rien remplacer, juste continuer à vivre notre amitié particulière…-Je te comprends, c’est nouveau et soudain, mais j’ai apprécié, il me faut avancer… Je me sens en confiance avec vous… Vous avez d’autres amis ?-Oui… Juju était mon premier amant officiel et partagé, il compte tant pour moi, j’attendais qu’il rencontre quelqu’un… Tu sais les autres ne comptent pas, ne compterons plus si nous recréons la magie de notre amitié et de notre intimité… Nous sommes sincères tous les deux, tu comprends… Nous avons souffert de ce coup du sort, il est parti, nous a laissés seuls, avec notre peine, la doublant… Mais c’était normal, il ne pouvait supporter ce village et l’absence de ses êtres chers…Ses larmes attirent les miennes… Nous fusionnons dans ce bassin, scellons notre amitié, au-delà du sexe, un torrent de tendresse, comme si nos deux âmes devenaient une nouvelle personne… Elle se raconte un peu, parle de son enfance, allongées sur un marge matelas de plage…Elle donne des anecdotes sur leurs sorties ensemble, ils aimaient passer des week-end, s’évader, la fille de Marie et Juju, étant gardée par une ami à côté du bar…Des souvenirs, des tristesses, des bonheurs, 20 ans de partage… Juju était devenu son second mari, elle ne se cachait pas de Marius pour flirter, pour chercher du plaisir, elle aimait être dans ses bras, comme s’ils vivaient tous les deux…-Si tu veux, samedi on a invité un autre couple, avec lequel on se détend…-Deux êtres très fusionnels, libres dans leurs têtes, beaux et adorables, mais sans rapport avec Juju et toi, là, c’est l’évasion physique, la liberté sexuelle uniquement.-Tu n’aimes pas le monsieur ?-Si, oui… Mais sans rapport avec Juju… Juju c’est mon amant de cœur… C’est une étoile, je me sens si bien dans ses bras et quand il me prend, j’explose d’amour pour lui et me donne autant qu’avec Marius…-Tu ne veux pas d’enfant ?-Je ne peux pas… On a essayé… On a consulté… Nous mourrons seuls…-Marius les connait ?-Oui, ils venaient parfois avec nous dans nos week-end… Ce sont les seuls que je vous présenterai pour l’instant, les autres sont inintéressants. C’est comme si on partait à 2 pour draguer et se faire un mec… La femme est quelconque… Lui sa seule qualité c’est sa bite de black… Un truc énorme qui déchire, au propre comme au figuré…-Tu as connu un black ?-Non, pas vraiment… C’est vieux…-Si… Si tu veux, on ira le voir toutes les deux… Juste histoire de partager un jardin secret, comme je le faisais avec Marie… Parfois on s’évadait, en ville, shopping, restau, on s’aimait comme deux lesbiennes…-Tu l’aimais d’amour…-Oui, je crois…01/10/15Lundi, jour de fermeture du restaurant, Eva me propose une journée filles…Je réfléchis, je peux prendre une RTT…On s’envole vers la ville, et on prend un pot sur une belle place, au milieu de platanes…Apéritif, et je vois un homme venir à notre table, elle me le présente, Sandro……Elle me sourit, on dîne là, sympa… Sandro nous détaille, surtout moi, ses yeux semblent jauger, estimer, rêver… J’en profite, j’adore qu’on me détaille en secret…-Sandro nous invite pour le café…Nous le suivons, elle semble à l’aise, plaisante, un peu grisée par le rosé…Immeuble de standing, appartement moderne, sofas immenses, il nous sert…On échange quelques mots, je comprends qu’il a connu Marie…Eva me détend, -Sandro est l’ami dont je t’avais parlé, c’est ta surprise, ton cadeau pour notre premier « jardin secret »…J’avais compris, mais joue le jeu…Quand je vois la main du black remonter sous la robe d’Eva, le zip descendre, et la robe s’écarter pour nous offrir ses beaux seins….-Mets-toi à l’aise Laura…Cela veut clairement dire, fous-toi à poil….Ce qu’elle est en train de faire…Le sexe impressionnant titube devant mes yeux, il me le tend…Je m’approche et goûte…Un jouet…Il caresse mes seins, mes fesses et sa main s’invite entre mes cuisses… Je laisse le passage, et commence à respirer fort…Ma tête dodeline sur le membre, léchant le gland de bonne facture, essayant en vain de le prendre entier dans ma bouche…Eva est occupée par l’autre main de Sandro, qui vient caresser ses charmes, ils s’embrassent, elle s’offre…La langue glisse dans la chatte ouverte, et c’est un déferlement de gémissements…Elle se tord, sous la bouche infernale…Je me décide et délaisse le sexe, et viens partager la caresse de Sandro sur le corps de mon amie… Léchage et massage des seins, baisers tendres, je lui offre ma chatte… Elle vient me doigter par la même occasion, me faisant réagir, et je plane…Ecartelée sur son visage, j’offre une vue princière de mon anatomie, ce qui semble l’intéresser…Son dard est bandé, impressionnant, il la met en position et le sexe glisse en elle devant mes yeux ébahis…Elle apprécie, bouge, tremble, s’offre, s’écartèle, jouissant maintenant des vas-et-viens profonds…Elle exprime son plaisir en rugissant…La main de Sandro vient entretenir mon désir, et un doigt me pénètre…Il tourne, s’enfonce, puis ils deviennent deux, et trois et je perds le compte, et m’envole, masturbée par un forcené, un expert…Je rugis tandis qu’elle feule prise par les mouvement lents et tendres…Sandro cherche mes lèvres, et le baiser est super doux… Ses doigts insistent, je jouis…Je suis prête, il quitte mon amie et plonge en moi…Quel verdeur ! Quelle queue ! Quelle sensation d’être remplie, comblée, envaginée…C’est à mon tour d’exprimer le plaisir qui m’envahit…Eva m’embrasse, se frotte contre moi, son clitoris entre les doigts de Sandro, elle explose !…Un torrent de plaisir, se tordant en tous sens, se libérant, se donnant à ces doigts magiques qui la propulsent vers un orgasme…Et Sandro me prend comme un forcené, un rouleau compresseur, une machine à baiser !…Et tandis que je plane, un doigt d’Eva ouvre mon troufignon…C’est le délire !… Elle me masturbe, il me laboure…Puis change de trou et me sodomise… Enfin, il essaie, doux, tendre, petit à petit, il s’enfonce dans mon anus distendu… Il arrive à le rentrer… Et je commence à sentir le plaisir d’être fouillée par ce monster-cock !…Il ma mise en levrette, les cuisses écartées, et me baise sans relâche, cherchant mes râles, agrippant mes hanches, et je jouis…Eva vient m’embrasser, je la caresse, sa chatte ouverte, détrempée de désir… Je lui fais comprendre de me la donner…Eva s’est glissée sous mon visage, sa chatte s’offre à ma langue, et j’en profite… Un instant délirant, elle jouit, se donne, plane et moi je sens le sexe grossir, Sandro rugir, et il explose dans mon fondement ! Eva nous gratifie d’un orgasme puissant sous mes doigts agiles et ma langue complice…Instants de repos, de partage, Sandro se montre adorable, au milieu du lit et nous l’encadrons… Il nous propose un petit joint chacune…On fume en rêvant, on se caresse mutuellement, on s’embrasse, on s’enlace, on s’active, je monte sur lui la première… Son sexe devient dur sous nos caresses, je assieds lentement, me perforant…Je le ressens d’une manière extraordinaire, mon vagin est le centre du monde, son membre devient une baguette magique et je me prends en jouissant un long moment…Eva prend ma place, m’embrasse, lui offre sa poitrine en se positionnant sur le pieu…Elle se pénètre en feulant, se masse les seins en jouissant, il doigte sa chatte, joue avec son clitoris, je suis écartelée devant eux… Offerte et consentante…Dès qu’elle a joui, il vient me prendre, droit dans mon sexe, me plante avec fougue, rage et délire…Il me fourre longuement, me portant à l’extase, mon ventre délire, le pétard m’a donné des ailes… Je les veux tous les deux, en moi, sur moi… Eva doigte mon anus, Sandro me pilonne comme un malade, il pénètre complètement dans mon vagin et je suis emportée par sa douceur, sa performance, sa virilité…Eva accompagne ses allers-retours, caresse ses bourses, il éjacule en soupirant…Je vibre mon dernier orgasme…Du sexe, rien que cela, mais un sentiment de tendresse, de sécurité et Eva que je sens si proche… Quand on sort de l’appartement, on s’embrasse dans l’ascenseur, se serrant l’une contre l’autre… Complices de notre Jardin secret…Notre amitié est fulgurante, proches comme deux sœurs, bien qu’on ne couche pas avec sa sœur…Nous avons réitéré cette première soirée du 16/09, Marius me baise quand il veut, comme Juju…Avec Marius c’est un jeu innocent… Je me suis amusée une fois que nous étions tous les deux dans le bar et que 4 clients jouaient à la belote dans la salle, à lui faire une pipe, tapie derrière le comptoir…Il s’est vengé une semaine plus tard, m’a prise dans la cave, juste après une livraison d’alcools… Eva tenait le comptoir et a trouvé le temps long…Sandro est le mari de Sylvia, magnifique blonde svelte et adorable !!! Je la connaitrai plus tard… Juju aussi…Notre vie s’est rythmée, mon amour a grandi, je suis toujours dans la même concession, je viens d’acheter une Yaris hybride, un régal !…FINMarika842010Avril 2020

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RELATED POST

Linda, The Babysitter Ch. 06

The following morning, I knew that it was going to be our last day alone together and that I needed…

Summer in Amber Ch. 05

I. The bedroom was cloaked in darkness, save for a single candle, its flame casting our writhing shadows on the…

Kelly , The Last Delivery

She pulled into the warehouse of the delivery company she worked for, so she could park she van for the…

Summer Lessons in Blow Jobs

Ch. 1Tom stretched his legs, enjoying the morning sun from his perch on the lifeguard's chair at the municipal pool.…

kartal escort didim escort antep escort tuzla escort adapazarı escort adapazarı escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis sakarya escort sakarya escort porno izle sakarya travesti